Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 09:20

 

                                                                               en hommage à nelson mandela.

 

 

 

 

Symphonie en noir et blanc.

 

 nelson

Source : Wikipédia - Créative commons.

 

 

 

Petite incise : une symbolique des couleurs.

 

Brillants : les diamants de l'envie, de la gloire, de la domination.

NOIRS : Les Hommes soumis, exploités.

BLANCS : Les Hommes qui exploitent, dominent, soumettent.

ARC-EN-CIEL : Les couleurs de la réconciliation. Le nouveau pacte fondateur.

 

[ Le court texte ci-après voudrait, d'une manière symbolique et dans l'extrême pudeur, rendre hommage au grand homme qu'a été Nelson Mandela tout au long de sa vie. Pour tous, il demeurera un modèle d' humanisme à valeur universelle. Ce que, toujours il devrait être, mais qu'il est trop rarement. ]

 

   Toutes les couleurs sont égales. Cependant…

 

  Sur les corps couleur de nuit coulent les ruisseaux de la peur. L'angoisse est là qui fait ses mailles serrées, contraint au silence, à l'immobilité. La nuit est une étoupe, une souricière et les étoiles sont absentes. Le ciel est vide. Le ciel est aveugle.

Dans les baraques, sur les lits de planches,  le sommeil est étroit, traversé de flammes blanches. Les flammes des diamants qui habitent les filons de glaise sourde. Les flammes qui creusent les âmes, ravagent les consciences, allument le désir des hommes.

  Blanc est le désir, noire la peur. Longues zébrures couleur de braise sur les peaux meurtries. Elles disent, en lignes simples, le langage de la domination. Celui de la soumission aussi. Dans les boyaux étroits, dans les galeries brumeuses, les corps d'obsidienne souffrent en silence. La douleur est toujours la plus vive quand elle n'autorise même plus la parole. Au-dessus des sombres venelles où agonise l'espoir, sont les entrepôts avec leurs grandes bâtisses coloniales. Sous des opalines vertes, sur des tapis sombres brillent les gemmes de l'envie.

  Blanc est le pouvoir. Blancs sont les visages fascinés par les éclats pareils aux longs filaments des comètes.  Blanc est le sentiment qui contraint, opprime, réduit à néant l'essence de l'homme. Blanc est l'abîme du néant où le sens se dissout avec sa consistance de brume.

  Noire est la condition des hommes à la peine. Partout où errent leurs effigies d'ébène se révèle la ténèbre, gire l'orbe de la finitude. La nuit est une étoupe et les étoiles sont vides. La nuit est dans les corps et fait son bruissement, son cri assourdissant de chauve-souris. Les membranes de l'incompréhension, de la folie, du désarroi sont partout palpables et les abris de planches et de goudron sont  le refuge des erratiques.  Noir bitume où tout s'englue, où tout sombre et s'incline au désespoir.

 

   Toutes les couleurs sont égales. Cependant…

 

  Le temps est long dans les sillons de terre. Le ventre des choses est comme déserté. Rien n'en sortira qu'une noire solitude. Les pierres, dans l'ombre, allument des convoitises, incisent les regards. La sclérotique des Blancs est une porcelaine dure sur laquelle ricoche la lumière. La pauvreté aussi. La pauvreté est noire, elle ne connaît pas la clarté. Les mains sont noires, noueuses, usées comme de vieilles racines. D'autres mains sont blanches. Lisses. Les feux des pierres s'y allument. Les coupures vertes s'y consument comme des braséros ultimes. Il n'y a d'autre but que cette éternelle combustion. Les pierres sont infiniment précieuses, icônes dans le noir compact des rhizomes souterrains. Les rhizomes enserrent les corps dans une gangue nocturne. Les étoiles ont déserté le ciel et l'immensité est vide.

 

  Toutes les couleurs sont égales. Cependant…

 

  Long est le temps qui fait ses cordes tressées. Longue est la peur qui enserre les ventres. Ventres pareils au ventre sombre et étroit de la terre, là où s'abolit le langage. Longue la couleur noire saturée d'indicible. Noire est la lumière, Noir est l'Homme qui, soudain, surgit au firmament parmi les nuées d'incompréhension. Noir est l'espoir qui se fait jour alors que les Blancs oppressent, divisent, parquent. Noir d'un côté. Blanc de l'autre. Frontière au milieu. Pas de gris qui dirait la perte du Blanc dans le Noir, la perte du Noir dans le Blanc. Certaines couleurs : incompatibles. Métissage : mot interdit, pratique interdite. Il y a des réalités qui ne peuvent avoir lieu, des partages délétères, des actes prohibés. Alors on dresse les murs de la honte, on établit les frontières. La résidence est Blanche. Le taudis est Noir. Et, ainsi, à l'infini, selon l'imaginaire sans fin de la barbarie. "A visage humain", disait avec raison le Philosophe.

 

 

  Toutes les couleurs sont égales. Cependant…

 

Noir est l'homme qui, soudain, inverse la logique des peuples. Noir est Noir. Certes. Blanc est Blanc. Sans doute. Mais comment une humanité pourrait se construire sur cette sommaire dialectique ? Comme si les couleurs, de toute éternité, avaient été prédestinées à ranger les hommes selon leurs mérites, leurs valeurs. Combien tout ceci devient tout à coup détestable, hors jeu, impensable. Noir est l'homme qui crée, à la force de ses convictions, à l'amplitude de son intelligence, à la capacité de visionnaire la Nation arc-en-ciel. Car toutes les couleurs sont égales.

 

    Toutes les couleurs sont égales. C'est cela qu'il nous faut proférer haut et fort afin que Celui qui s'est levé un jour nous entende.

    

 

Sur la courbure infinie des consciences

NELSON,

Nous écrivons ton nom :

 

Négritude.

Espoir.

Liberté.

Solidarité.

Ouverture.

Non-violence.

 

 

*****

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 15:51

 

Hommage à Irena Sendler.

is.JPG 

 

 

Irena Sendlerowa en 1942

 

 

 

 

(Ceci est un message récupéré comme mail, que je fais suivre

afin que l'action de cette « Juste parmi les nations » soit connue.

Toutes les informations ci-dessous sont communiquées sous réserve

de vérifications plus approfondies. Cependant les informations

glanées sur Wikipédia semblent aller dans le même sens.)

 

 

Irena Sendler

Récemment décédée à 98  ans.

 

Elle demanda pendant la 2ème  guerre mondiale à aller travailler dans le Ghetto de  Varsovie, comme  plombier,  serrurier.   

 

Elle avait  une motivation  bien particulière.  Elle  connaissait les  plans d'extermination des nazis envers les juifs,  elle était allemande.   

 

Irena a caché des enfants dans  le fond de sa boite à outils qu'elle transportait à  l'arrière de son véhicule ainsi qu'un grand sac  (pour les enfants plus grands).   

 

Elle avait aussi un chien à  l'arrière qu'elle a entrainé à aboyer quand les  soldats allemands la contrôlaient  à l'entrée  et à la sortie du  ghetto.  Les soldats ne  pouvaient rien contre le chien qui couvrit en fait  le bruit que pouvaient faire les enfants. 

 

Elle sauva  2500 enfants  en les cachant  ainsi.         

 

Elle fut  arrêtée et les  nazis lui brisèrent les jambes, les bras et la  torturèrent très sévèrement.

 

Irena garda tous les noms des  enfants qu'elle avait sortis du Ghetto et garda ces  noms dans une  jarre en verre enterrée  derrière un arbre au fond de son jardin derrière sa  maison. 

 

Après la guerre, elle essaya de  localiser tous les parents qui avaient pu survivre  et tenta de réunir les familles;  mais  la  plupart avaient été gazées. Les enfants qui avaient  été sauvés ont été placés dans des familles  d'accueil ou ont été adoptés.   

 

L'année dernière elle a été  proposée pour le prix Nobel de la Paix, mais n'a pas  été retenue; c'est Al Gore qui fut primé pour son  film sur le réchauffement de la planète. 

 

En sa mémoire 63 ans plus tard,  je participe à cet anniversaire, très modestement en  faisant suivre ce message.     

 


 

 

Repost 0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 13:44

  

 Contre toutes les barbaries qui peuplent la Terre,

    ce si beau poème de Jacques Prévert.

Barbara

 

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N'oublie pas
Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j'aime
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N'oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert  Paroles

 

(Source : Le Bac de Français.)   

                     

Repost 0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 15:08

 

HP1

 

HP2

 

HP5

 

HP6

 

HP7

 

HP8

 

HP9

 

HP10

 

HP11

 

HP12

 

HP13

 

HP14

 

HP15

 

HP16

 

HP17

 

HP18

 

HP19

 

HP20

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 16:46

 

HD1

 

HD2

 

HD3

Repost 0

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher