Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 08:33
Te vois en clair-obscur.

Photographie de Patrick Geffroy Yorffeg

 

"Ô Lumière"

 

CREDO [EXTRAIT]

 

« Je crois à l’opacité solitaire

au pur instant de la nuit noire

pour rencontrer sa vraie blessure

pour écouter sa vraie morsure…»

 

Zéno Bianu.

 

Infiniment proche.

 

***

 

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

   Comment te définir

                 TOI

            Qui fuies toujours sous l’horizon des choses

Comment TE saisir

                  Dans l’approche

                          Dans la fuite

                                   Dans l’approximation du dire

   Pareille à la nuée d’oiseaux

                                                Que le vent emporte

Il ne demeure

                   Qu’un vague poudroiement

              Et alors l’on croît avoir rêvé

               Et l’on suffoque longuement

                                              Dans le bouillonnement

                                                                                      Des draps

 

   Comment ne pas désespérer de

                                                     TE cerner un jour

Autrement qu’à l’aune d’une dépossession

                                             Dire ton nom est déjà TE perdre

                                       Tracer ton esquisse est déjà renoncer à TOI

                                        A ton image perdue dans le ciel de cendre

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

   A peine une frange

                                  Effleurant la terre

A peine une insistance de cristal

Dans le temps qui s’égoutte et pleure

                 Brumes matinales

                Pluies crépusculaires

                      Et entre-deux

Un air tissé

                   De brun

                                 Que rien ne semble atteindre

Une feuille de parchemin jauni

Dans les pages d’un incunable

Avec sa senteur

De papier d’Arménie

Ses notes soufrées

Ses remarques marginales

                           On dirait la chute de sanglots

                             Dans le profond d’un puits

               Ou bien une fugue distillée par quelque violon

                                                                                           Aux confins du monde

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

   Est-ce TOI dont la conscience vacille

                    Sous les meutes de l’heure

Est-ce ma rêverie qui s’obstine

A m’entraîner

                       En des chemins

                                                Qui ne conduisent

                                                                             Nulle part

Sauf dans d’irrémissibles ornières

               Dans des forets

  Que n’ouvre nulle clairière

La clarté est simplement un souvenir

                                                            La vie

                                                                      Une toile suspendue à la plus haute branche

                               Hors de portée

                                                         Hors de saisie

Et nos mains disent l’inutile à tâcher de se vêtir

                                                                            De ce Rien

Qui nous toise

Et nous réduit à la taille du ciron

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

   TU es si semblable

                                  A cette rumeur cuivrée

                                                                      A cette flamme qui brille dans l’âtre

                                                                            A ce feu assourdi du temps

                                            Qui déjà

Nous immole

                     Et nous déporte de nous comme

En notre finitude

                           Tout semble si lointain

                                                                Soudain

   Tout semble si éteint et la vue se perd dans d’inutiles

                  Et troublantes mydriases

Peut-être n’y a-t-il rien d’autre à voir

                                                            Que SOI

Dans le miroir que nous tend la Nature

   SOI

         &

                L’AIMEE

Ou bien l’illusion de ce que l’on est

                                                         Cet infime corpuscule à la recherche

   De cet Autre

Qui lui dirait la réalité de sa présence

                               Ici

                                       Là

En maints endroits afin que la répétition crée

Ce qui jamais n’arrive

L’assurance d’exister autrement qu’à la mesure

De ceci qui n’en a pas

Une braise s’allumant sur l’écran de la conscience

Etincelle de vérité

Dont jamais nous ne pourrions douter

                  

                       « Je crois à l’opacité solitaire »

 

   Dit le Poète

Signant en ceci la même idée d’une dévastation de l’étant-présent

Ne demeurant

                       Au jour

                                      Que ce voile ôtant à nos yeux

La forme même des choses

                                            Leur persistance à être

Dans le tumulte

     Cette rumeur qui dissimule à notre vision

                                                                        Les fondements mêmes de l’être

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

Me disais-tu et alors j’apercevais ceci

        Telle la métaphore de cet étrange parcours

                         Parmi la résille complexe du vivant

Une pomme chutait de l’arbre

                                                 Dans son habit flétri

La bogue d’une châtaigne

(Tes yeux en avaient la sourde brillance)

                                          Faisait son bruit de carton

                                                                                     Roulant au sol

Les tapis de feuilles rouillés

(La couleur de sanguine éteinte de tes lèvres)

Crissaient sous tes pas et nous demeurions

Silencieux

Attentifs à ne pas contrarier le chant du poème

 

   L’automne est arrivé et la lumière baisse

 

   Sur le bois blond que la clarté effleure

La blancheur de ton bras soutenant

                                                         Le casque

                                                                          Diffus

                                                                                     De tes cheveux

Ton visage tel une énigme

      (L’automne disais-tu en est une

        Prétextant cette saison ambiguë

        Entre

                 La claire-voie d’été//

                                                 //La nuit d’hiver)

Ton visage ôté de toute chose alentour

La pente douce de ton cou

Qu’avive cette lame de jour à peine plus vive

                                                                          Qu’un rire d’enfant

Cette question que tu es

                                      Offerte

                                                 En même temps

                                                                            Qu’en Toi retirée

Et ces teintes d’ombre

Cernant de près cet éternel mystère

Elles sont si semblables à ces terres que tu aimes tant

   A leurs sillons tels des rides

   A leur glèbe luisante

   A leurs versants en partance

                                              Pour le séjour des Morts

Car bientôt sera Toussaint

Et la lourde senteur des chrysanthèmes

Leurs têtes ébouriffées

Te font penser à un enfant espiègle

Comme si la Dame à la Faux

Ne faisait que nous jouer une comédie

En réalité tu n’y croyais pas vraiment

                                                            A ces histoires à dormir debout

                                                               A ces sentiments d’outre-tombe

                                                                  A ces pensées de l’oubli

 

Vivants me disais-tu

Nous sommes déjà dans

                                       L’oubli de SOI

Comment ceci pourrait-il être dépassé

Par le seul fait de notre absence

Tu voyais tout

                       Dans un clair-obscur

Je t’apercevais aussi au travers de ce sublime clignotement

                                      Du jour//

                                                   //De la nuit

                       

                           L’automne est arrivé et la lumière baisse

  

    Etait-ce là ton dernier mot pour dire

                                       L’effacement

                                                             La perte

                                                                            Le Rien

          Qui toujours nous arrive alors que la nuit

                                                                           Survient

La longue nuit du repos

   Il fera bon hiverner

En attendant le réveil

D’un nouveau commencement

Puis d’une nouvelle fin

Oui

D’une nouvelle

Fin

     

        « au pur instant de la nuit noire

        pour rencontrer sa vraie blessure

       pour écouter sa vraie morsure…»

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Blanc Seing - dans L'Instant Métaphysique.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher