Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 16:21

 

Honnies soient qui mâles y pensent (33)  

 

Le commentaire de quelques proverbes, tels que Sigismond pouvait les « interpréter », tiendra lieu de « défense et illustration de la langue primaire » à laquelle le jeune garçon était uniquement réceptif, ce qui avait, pour inévitable corollaire des comportements pour le moins inadéquats, dont, dans un premier temps, tout le monde s’amusa, aussi bien dans la cour de récréation que dans l’enceinte de La Marline de Clairvaux.

 

« Acheter chat en poche. », supposait que Sigismond trouvât un félin bien réel, tigré, siamois ou même bâtard, peu importait, à condition que ce dernier pût loger dans les profondeurs de sa redingote, avant que d’aller à l’épicerie du village acheter quelque friandise.

             

« Quand les cheveux commencent à blanchir, laisse la femme et prend le vin. ». Entendant ce proverbe dans la bouche de Monsieur le Comte, il s’étonna que ce dernier, dont les cheveux étaient saupoudrés de neige, continuât à vivre auprès d’Yvette-Charline et ne s’adonnât pas davantage à la boisson.

 

« A qui se lève le matin, Dieu aide et prête la main. », lui fit l’effet d’un « pieux mensonge », son père Anselme, levé aux aurores, n’ayant jamais bénéficié d’une aide divine d’aucune sorte.

 

 « Il vaut mieux arriver en retard qu’arriver en corbillard. », lui paraissait également une assertion erronée, les hôtes de La Marline, qu’ils fussent en avance ou en retard, arrivaient à pied, à cheval, en voiture, mais jamais en corbillard, ce que, du reste, il regrettait profondément, tout du moins en ce qui concernait les visiteurs les plus antipathiques.

  Bien qu’à l’école il se comportât parfois comme « un empêcheur de tourner en rond. », il n’avait jamais interrompu les rondes et farandoles des filles, pas plus qu’il n’avait « mis de bâton dans les roues. » des bicyclettes des garçons.

  Ses longues déambulations auprès de la Limeuille ne l’avaient jamais amené à rencontrer un meunier qui « jetât son bonnet par-dessus les moulins. ».

  Ceux qui affirmaient : « La nuit tous les chats sont gris. », étaient, soit mal informés de la variété des félins, soit atteints de troubles de la vision.

  Le chien du Notaire, qui était une véritable teigne, avait de fort longues et belles oreilles, lesquelles battaient en brèche l’affirmation :   « Chien hargneux a toujours les oreilles déchirées ».

Sigismond qui nourrissait une aversion certaine à l’encontre d’Elie Garouille, n’avait jamais eu« de dent de lait contre lui. », pour la simple raison que le fils de Marie-Grâce gardait à l’intérieur de sa cavité buccale la totalité de ses ratiches, y compris celles de lait.

  Monsieur le Comte qui avait l’habitude de faire de nombreux projets lesquels, souvent, ne trouvaient pas l’ombre du début d’une réalisation, ne possédait pour autant aucun « Château en Espagne ».

  Sa mère, Marie-Grâce, dont la douceur était connue bien au-delà des limites de la Marline, n’avait jamais mariné dans quelque saumure que ce fût, sous prétexte que « les femmes sont trop douces et qu’il faut les saler ».

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher