Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:37

 

Honnies soient qui mâles y pensent (16)   

 

 Ne leur restait plus qu’à habiller leurs corps des habits de Cupidon. Ce qu’ils firent prestement, quittant la croisée, abandonnant le refuge du paravent. Sur le lit se retrouvèrent les amants pour célébrer, dans une fougue commune, leur amour de la « chose populaire », dont ils se dirent volontiers « qu’elle était la chose la mieux partagée du monde ».

  Et pour respecter la devise qui énonce que « tout vient à point à qui sait attendre », voici, donc, Lecteurs, Lectrices, le résumé des ébats d’un Comte et d’une Roturière, auxquels, je ne doute pas que votre imagination ajoutera force détails juteux, et ne feignez  pas votre manque d’intérêt pour la « choose » car, si tel était le cas, vous auriez depuis longtemps, déserté ma prose et sombré dans un sommeil réparateur.

  Donc, les amants se livrèrent aux jeux et aux joies d’Eros jusqu’aux environs de l’angélus de midi provenant des cloches de Saint-Eustache, sous des formes variées et diverses. Furent ainsi expérimentés :

   Le galop du Cosaque—La moulinette d’Anvers—Le toboggan de Saint-Pétersbourg—La grande roue de Pékin—Le trombone à coulisse de Senlis—La viole à quatre mains—La pirouette du Pérou—La sautée Auvergnate—La bourrée de Saint-Gildas—La gigue du Majeur—La zique du Major—La rampette du Commando—La pelote Basque—La cuvée du Joyeux Drille—La tournée du Ribaud—Le pourceau d’Epicure—La danse de Sein-Guy—Le grand huit de Mandchourie—La carmagnole de l’index—Le jeu de trou-Madame—Le va et vient de Zanzibar—Le pousse-pousse de Hanoï—Le jeu de Pile ou Fesse—Le chat perché—La queue du loup—Le bilboquet alsacien—Le pince-cochonnet—Le toton à Tonton—La main chaude—Colin-Paillard—Plante-Carottes—La cavale de Paroli—Le pousse-bandonéon—Le cornet à piston—La bielle russe—Le saute guimbarde—Le phonographe à manivelle—Le pétrin du Mitron—La quenouille du Boulanger—L’arrière-train bulgare—La cheville ouvrière—La capote impériale—Le vilebrequin du Camionneur—La cassolette de la Cuisinière—Le piston du Mécano—La cruche de la Cantinière—Les burettes du Bedeau—La calebasse sénégalaise—La gourde de Pensylvannie—La boîte à lait de la Savoyarde—Le godet de la Pucelle—Le fond du cul de la chopine—Le fusil du Boucher—La varlope du Charron …

  Ils rajoutèrent à cette longue liste quelques inventions de leur cru qui confirmèrent leur affinité et témoignèrent d’une imagination qui était à l’amour ce que les épices sont aux plats les plus fades.

  Deux heures sonnèrent à la cloche de Saint-Eustache lorsqu’ils en eurent terminé avec leurs lacets respectifs, jugeant, dans le grand miroir qui se trouvait face au lit, que leur tenue vestimentaire - quoique la crinoline fut un peu froissée et le plastron nullement empesé - , était apte à affronter la Rue du Pélican et les rues adjacentes, ne souhaitant aucunement apporter d’eau au moulin de l’adage qui prétendait que « l’amour fait perdre le repas et le repos », Ninon précédant Fénelon dans l’escalier qui descendait du septième ciel, les deux amants se retrouvèrent bientôt Rue Saint-Honoré, marchant côte à côte, nonchalamment, sans qu’aucun signe extérieur eût pu trahir, auprès des passants, le déchaînement dont, l’un et l’autre, venaient d’être l’objet, la mansarde en portant encore le témoignage, dans le relatif désordre qui l’habitait.

  Se mêlant à la foule qui, malgré l’heure tardive, cherchait une place pour déjeuner dans les nombreux bistrots entourant les Halles, Fénelon et Ninon, pensant de concert que « ventre affamé n’a point d’oreilles », firent leur entrée sous l’enseigne du  Pied de Cochon  où ils furent accueillis par les regards admiratifs des Filles de joie qui sirotaient leur café, par Symphorien Lavergnolle tout à la joie de retrouver de vieux amis - la veille était déjà un jour ancien - , Symphorien qui offrit, en guise d’apéritif, un solide vin de noix de sa fabrication, lequel fut suivi, pour le plus grand plaisir des deux convives, de la traditionnelle gratinée à l’oignon de l’épouse de l’Auverpin qui, ce jour, était en charge des fourneaux. Monsieur le Comte s’étonna que son  hôte ne s’émût point de sa rencontre avec Ninon. Sans doute avait-il déjà oublié que sa compagne était « dame de petite vertu » et se rendit aussi tôt compte de sa naïveté et de sa piètre expérience de la gent féminine. Il ne devait pas être le premier, pas plus que le dernier, à faire son entrée au Pied de Cochon, encore porteur de l’odeur de jasmin dont Ninon se parfumait avec discrétion et élégance. Le repas fut clôturé par une gniole auvergnate qui dissipa les derniers effluves de la potée au chou, en même temps qu’elle dispensait de l’usage d’un élixir dentifrice. La cloche de Saint-Eustache venait de frapper les quatre coups lorsqu’on se sépara sur des promesses de futures rencontres, dont le Comte pensa qu’elles émailleraient d’une saveur particulière ses futurs séjours à Paris : celle du Pied de Cochon, chez son nouvel ami Symphorien; celle du corsage de Ninon, parfumé au jasmin, dont le Comte garderait, toute sa vie durant, jusqu’au plus infime détail.

  Regagnant la Rue de Rivoli par la Rue des Lingères et la Rue des Bourdonnais, Monsieur le Comte, dont les narines frémirent d’aise au contact des derniers remugles du quartier des Halles, pensa :

 

« Séparation du matin

Attise le chagrin

Séparation du soir

Aiguise l’espoir ».

 

  Satisfait de l’invention de cet adage, il prit un coche et demanda au conducteur de le ramener Rue Meyerbeer en empruntant la rue de Castiglione, la Place Vendôme et la Rue de la Paix, persuadé que cet itinéraire « royal », succédant au paupérisme du quartier des Halles, serait de nature à conclure cette journée sans pareille d’élégante manière. Souhaitant sortir son mouchoir afin de s’éponger le front - les rayons de soleil pénétraient maintenant jusqu’au fond de la calèche - , il s’aperçut qu’il avait, par mégarde, emporté « La Vie Parisienne ». Il se tança lui-même pour tant d’étourderie et fit la constatation que le Petit Livre Rouge ne lui était plus d’aucun secours, Ninon, à elle seule, en valant des milliers, fussent-ils des incunables de La Mazarine.

  Arrivé Rue Meyerbeer, il descendit du coche, s’acquitta de sa course et offrit le Précieux Viatique au maître d’attelage qui n’eut pas le temps de demander à son client ce qui lui valait l’honneur de cet inattendu présent. L’eût-il interrogé, Monsieur le Comte lui eût sans doute servi une sentence mais, à l’heure qu’il était, alors que la voiture à cheval arrivait à peine du côté de Saint-Lazare, l’hôte du Grand Hôtel s’activait à mettre ses derniers effets dans la malle en cuir de Russie, dont l’odeur particulière, pensa-t-il, cacherait de son amante l’odeur de jasmin, pour mieux la révéler dans l’intimité de sa Librairie où il pourrait à loisir s’enivrer du mouchoir que Ninon lui avait donné, ce dernier rythmant avec « espoir », devait être un gage de fidélité.

 


Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:34

 

Honnies soient qui mâles y pensent (15)   

 

  Sous la farandole, qui faisait au dessus du lit, comme une guirlande de pieux préceptes à l’usage de jeunes mariés, Ninon et Fénelon, dans de virginales tasses de porcelaine blanche, trinquèrent à leur passion commune pour les aphorismes, au milieu des volutes d’arabica et des senteurs multiples qui montaient de la Rue du Pélican, que les premiers rayons de soleil commençaient à décolorer.

Ninon pensa qu’il était grand temps de passer aux choses sérieuses.

Le Comte pensa qu’il était grand temps de passer aux choses sérieuses.

Issus d’une commune pensée, où chacune ressemblait à l’autre comme deux gouttes d’eau, leur désir ne pouvait guère être différé qu’au risque de sombrer avant même que d’être consommé.

  Redoutant, dans cette sorte de flottement, que le tragique ne se saisisse d’eux, sentant confusément peser la menace de Thanatos sur Eros, se munissant chacun d’un calame et de deux carrés de toile, ils calligraphièrent, parodiant « Le Cid », deux courtes répliques en forme de pied de nez, qui, ils en étaient sûrs, le Destin saurait comprendre :

 

  NINON :     A moi, Comte, deux mots

                     N’ai-je donc tant vécu

                     A l’Hôtel du Midi

                     Que pour voir perdu

                      En une seule nuit

                      Le Démon de midi

                      Qui de Fénelon

                      Fait le siège assidu ?

 

FENELON :     Ninon, ôte-moi d’un doute

                        De Fénelon as-tu choisi la route,

                        N’auras-tu pas, à la nuit tombée,

                        Des nuées de regrets

                        Qui escorteront ton âme

                        Des souffrances du blâme ?

                        Si tel est ton désir,

                        Pourquoi encor souffrir ?

                        Sur-le-champ, aimons-nous !

 

 

     Ce qui, par Fénelon fut dit, fut par Ninon accompli, et, du septième ciel, les portes ne tardèrent pas à s’ouvrir, derrière lesquelles, chers Lecteurs, chères Lectrices, nous nous dissimulerons un peu, non en tant que voyeurs habités d’intentions lubriques, mais simplement animés du noble sentiment de voir s’épanouir, entre deux êtres que le Destin s’était ingénié à réunir, l’inscription secrète de la passion.

  Les préludes amoureux, non que la loi en soit intangible pour autant, sont, dans la majorité des cas, précédés des préliminaires du déshabillage. Ils le furent, suivant en cela une tradition plus que millénaire, empreints d’une pudeur qui entraîna Monsieur le Comte derrière le paravent, Ninon se tournant vers la lucarne, offrant ainsi à Lamothe-Najac la vue d’une croupe des plus prometteuses. Le Comte s’empêtra un peu dans le déboutonnage de sa veste de velours. Ninon remonta, d’un geste souple ses gracieux avant-bras le long du laçage de son bustier qu’elle entreprit de dénouer avec mesure et application, libérant le bout du lacet qui, alternativement, se dégageait, tantôt de l’œillet de droite, tantôt de l’œillet de gauche, révélant par petites touches une peau veloutée et soyeuse, semblable à la nacre de certains coquillages des Tropiques. Fénelon, quant à lui, s’escrimait sur la fermeture récalcitrante de son haut-de-chausse qui, selon lui, se prêtait de mauvaise grâce à l’impatience de son désir.

  Ninon était parvenue à libérer son bustier qui, ayant chu sur le parquet, révélait à Monsieur le Comte, de profil mais de façon non moins évocatrice, une généreuse et ferme poitrine qui lui rappela, par sa forme, sa couleur, sa densité, sa tenue, les grains de muscat d’Italie, gorgés de soleil, tendus sous la brise, prêts à libérer leur suc à la moindre pression, à la façon des capsules des impatients qui éclatent dès qu’elles sont effleurées, libérant leurs semences par centaines.

  Encore sous le charme des charmilles de la Riviera où poussait la vigne généreuse dont les fruits évoquaient les rondeurs de Ninon, Fénelon entreprit de défaire la ceinture de son caleçon - il faisait encore frais à Paris en ce début de printemps - , laquelle entourait la taille du Solognot de plusieurs longueurs de flanelle. Une fois le caleçon ôté, il jeta à nouveau un coup d’œil discret en direction du « raisin » d’Italie qui, était-ce l’effet de la lumière ou celui d’un léger déplacement de Ninon, lui faisait face maintenant, dans une sorte de « sfumato » vénitien du plus bel effet, lequel livra au regard médusé du Comte, deux superbes mamelons, longs, couleur parme, semblables à la truffe du hérisson « museau de chien », alors que, chez son épouse, les timides mamelons roses évoquaient plutôt le faciès aplati du hérisson « museau de cochon ». L’anatomie comparée de sa future maîtresse et de sa chaste épouse en resta à ce stade, non sous l’effet d’une tension de la volonté mais en raison, simplement, du « chef-d’œuvre », digne de la Renaissance, qui offrait à ses yeux le spectacle le plus sublime qu’il eût jamais vu.

  Vint ensuite le tour de la chemise à plastron, alors que Ninon, relevant d’un côté son ample jupe plissée, révéla progressivement ses fines bottines noires à lacet qu’elle entreprit de dénouer, remonta le long de ses jambes longues et fuselées, recouvertes de bas résille dont la jarretière noire, tranchait sur l’écume de la peau dans un contraste que Monsieur le Comte jugea hautement érotique, plus érotique, en tout cas, que sa façon à lui de se débarrasser de l’ultime sous-vêtement qui faisait encore comme un léger rempart à sa nudité.

  La jupe, relevée maintenant jusqu’à la taille, laissait entrevoir le bouillonnement de la culotte sous l’échancrure généreuse du porte-jarretelles. Ninon fit glisser le long de ses cuisses les derniers petits attributs vestimentaires, de quelques mouvements de reins qui révélèrent un étonnant Mont de Vénus, semblable à une colline boisée s’ouvrant sous la profondeur d’une gorge secrète. A vrai dire, de ce savant déshabillage, dont il était l’unique destinataire, Monsieur le Comte ne dut jamais bien se remettre. La vue de « La Joconde », malgré son admiration sans bornes pour Léonard de Vinci, ne lui fit jamais autant d’effet. Ce qu’il s’avoua à lui-même, dans une sorte de désarroi, ne sachant plus exactement si ce dernier résultait d’une sous estimation de l’œuvre ou d’une surestimation de l’œuvre de chair à la si parfaite carnation, au modelé si exemplaire.

  Force leur fut de constater : Nue, Ninon, sans nuisette aucune.

                                            Nu, Fénelon, sans  chemisette aucune.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:31

 

Honnies soient qui mâles y pensent (14)  

 

 Mais, Lecteur, Lectrice, avant d’entrer dans le vif du sujet, permettez-moi de faire l’état des lieux du modeste logis de la Rue du Pélican. Au quatrième étage d’un hôtel ordinaire, l’Hôtel du Midi, sous les toits de zinc, Ninon habitait une mansarde de dimensions réduite, suffisante tout de même pour exercer son art. Ce qui, au premier abord, étonna Monsieur le Comte, ce ne fut ni le lit recouvert d’un jeté blanc crocheté à la main, ni la commode aux cinq tiroirs, ni le lavabo de faïence blanche, ni le bidet dont il supposa l’usage intensif et quotidien, ni la table de bois blanc où il supputait que la « Belle de Nuit » prenait parfois ses repas ou un café, ni la fenêtre à petits carreaux dont la mansarde était pourvue et qui donnait sur d’autres toits et d’autres mansardes de la Rue du Pélican. Non, tout ceci était somme toute assez banal.

 Ce qui surprit le Comte et le ravit en même temps, ce furent une quantité de petites toiles blanches suspendues au plafond par un fil de coton, semblables aux drapeaux de prière des Tibétains, chaque petit carré de toile étant porteur d’inscriptions que l’hôte de la mansarde se mit en devoir de déchiffrer, avant même qu’Eros ne vînt le caresser de ses plumes de soie. Afin de ne pas contrevenir aux règles de la bienséance, Fénelon de Najac expliqua à Ninon qu’il était volontiers cryptomane et, qu’à la manière de Champollion, occupé à déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens, il se passionnait pour les inscriptions et messages secrets et, qu’avant d’honorer la maîtresse des lieux, il souhaitait se livrer à un rapide inventaire des petits drapeaux afin d’en mieux connaître le contenu.

  Ninon, nullement choquée par la curiosité du Comte, l’encouragea à se plier à sa manie, pendant qu’elle préparait deux tasses de café. L’invité de l’Hôtel du Midi se livra sans retard à la lecture des petits feuillets qui, sous l’effet du vent venu de la mansarde ouverte, batifolaient à la façon de papillons surpris par la venue d’un printemps précoce. Chacun d’entre eux était calligraphié à la main, avec soin et élégance, en caractères semblables aux idéogrammes chinois, ce qui permit au distingué Solognot d’émettre l’hypothèse que chaque petit texte avait dû être tracé à l’encre noire, à l’aide d’un calame. Un premier inventaire rapide confirma ses impressions : les petits carrés de toile servaient de support à de courts énoncés, limités parfois à une seule phrase, parfois à plusieurs, sortes de petites ritournelles en vers, de chansons populaires avec couplets et refrains dont le contenu, c’était l’évidence même, avait l’allure de proverbes et dedictons, d’adages, de soties, d’aphorismes, petits sentiments populaires qui exprimaient souvent de profondes pensées.

  Monsieur le Comte comprit alors combien le Destin dépassait l’entendement des hommes et s’arrangeait, parfois, à faire se rencontrer des individus qui, pour être animés de la même passion, ne se fussent jamais connus sans sa mystérieuse entremise. Alors que l’odeur du café commençait à se répandre dans la petite chambre, Monsieur le Comte se livra avec frénésie à la lecture des  missives dont Ninon assura qu’il ne s’agissait que de bien modestes « pensées », destinées à remplir la vacuité des jours de repos. Il aborda les sentences qui, pêle-mêle, livraient leurs secrets, comme une noix ouverte dévoile ses cerneaux :

 

B1

B2

B3

B4

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:15

 

Honnies soient qui mâles y pensent (13)   

 

Sa tête provinciale s’emplit de mots et d’images, de noms de rues : Rue des Halles; Rue Courtalon ; Rue Sainte-Opportune; Rue de la Ferronnerie; Rue des Innocents; Rue de la Cossonnerie; Rue des Prêcheurs; Rue Rambuteau; Rue des Lingères; Rue des Déchargeurs; la plupart des noms le faisant sourire; s’emplit d’images de Femmes multiples, chacune unique, du moins le pensait-il, dans l’exercice du  « plus vieux métier du monde »; d’images d’hôtels aux façades sombres, aux couloirs souvent éclairés de rouge; d’images de bistrots, de cafés enfumés, de terrasses animées où l’on mangeait, où l’on buvait, au milieu d’odeurs de cuisines fortes et épicées, du relent des étals que l’on lavait à grande eau. Décidément, la vie du quartier était à la hauteur des pages prometteuses du Petit Livre Rouge, dans lequel figurait, en bonne place, l’estaminet de l’Auvergnat et néanmoins ami, que le futur dissipé solognot s’apprêtait à rejoindre, remontant la Rue de Rivoli, tournant à droite par la Rue du Pont Neuf, pour rejoindre la Rue Berger et l’enseigne du Pied de Cochon.

  La soirée étant fort avancée, il ne restait plus à Fénelon de Lamothe, s’il ne voulait pas mettre en péril sa réputation « proverbiale », qu’à rejoindre Symphorien Lavergnolle auprès duquel il prendrait conseil afin que la lecture du Petit Viatique Rouge ne restât pas lettre morte. Ainsi, il se surprit à accélérer le pas pour remonter la Rue Berger, en direction de l’enclave auvergnate. A peine commençait-il à apercevoir la modeste devanture du Tenancier, qu’une superbe créature, encadrée par les portes à battants pourvues de verre martelé, fit irruption dans la rue, sous l’éclairage des becs de gaz. La créature était, comment dire, plus qu’une créature, LA créature faite Femme, ce que le Comte constata avec amertume car, une silhouette si parfaite ne pouvait convenir au « commerce » habituel d’un quartier si populaire et il pensa aussitôt qu’il s’agissait d’une voyageuse égarée dans une ville qu’elle ne connaissait pas. Pour cette raison sans doute, et pour quelques autres qu’il serait trop long d’énumérer du fait de leur fondement dans le complexe arbre généalogique de Fénelon, le Comte n’entendit pas la proposition d’une incursion au septième ciel que lui fit la belle inconnue. C’est seulement à la troisième reprise, lorsque l’infortunée, derechef, fit l’éloge de ses charmes, que l’étourdi reprit contact avec la terre que, pour l’instant, il avait désertée. La « Belle de Nuit », se souvenait avoir croisé son distingué futur client, la veille, alors qu’elle entrait chez Symphorien pour y boire un café. Elle prétendait s’appeler Ninon et n’exercer ce métier que pour une noble cause, celle de repêcher les âmes en peine qui erraient, surtout la nuit venue, dans ce quartier interlope. Médusé autant que fasciné, de Najac navigua de concert avec son Egérie, dans les rues qui pâlissaient, l’aube étant proche.

  Ils remontèrent la Rue Berger, contournèrent, Rue de Viarmes, l’édifice circulaire de la Bourse de Commerce, traversèrent la Rue du Louvre, déserte à cette heure matinale, obliquèrent à gauche, rue Jean-Jacques Rousseau, tournèrent enfin à droite, dans une petite rue qui portait l’enseigne « Rue du Pélican ». Avant de se rendre à l’hôtel qui abriterait leurs aventures, Ninon demanda à Monsieur le Comte s’il connaissait l’origine du nom de la rue. A tout hasard, et sans que la justesse de son assertion ne vînt un instant le tourmenter, il prétendit que cette rue était autrefois destinées au commerce des volatiles au grand bec. La réponse parut si cocasse à sa compagne de l’aube que celle-ci éclata de rire, son rire cristallin résonnant encore dans la rue, après qu’ils avaient monté l’étage desservant le septième ciel. Ninon expliqua à Monsieur le Comte l’origine du nom de la rue. Cette dernière était peuplée, il y a longtemps déjà, d’une kyrielle de Filles de joie, lesquelles ne sacrifiant pas encore à la mode épilatoire de leur Mont de Vénus, étaient réputées pour leur toison pubienne, si bien que, dans la Capitale, cette rue était connue comme étant celle du « poil au con », nom qui, par altération successive, était devenue, aujourd’hui, la Rue du Pélican. (A l’attention de mes curieux et cultivés Lecteurs : cette anecdote, pour paraître invraisemblable, n’en est pas moins vraie !).

  Monsieur le Comte, fort séduit par la culture de Ninon, souhaitait approcher, maintenant, une culture plus « manuelle ». Ce à quoi les deux occupants de la mansarde s’adonnèrent sans retard, sous les feux encore pudiques du jour qui commençait juste à déplier ses ailes.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:11

 

Honnies soient qui mâles y pensent (12)  

 

  Le lendemain matin, Fénelon de Lamothe fut tiré de son sommeil par le garçon d’étage qui lui apportait son petit déjeuner, déposant son plateau sur la table ronde recouverte d’une nappe plissée, brodée au chiffre de l’Hôtel. Il poussa doucement les volets, sans les ouvrir totalement, afin que Monsieur le Comte fût réveillé en douceur. Ce dernier, à la lumière couleur d’ambre qui pénétrait dans la Suite, supposa que le jour était déjà bien avancé, supposition qui trouva confirmation dans la position des aiguilles de la pendulette Empire posée sur le marbre de la cheminée.

  Parvenu au terme de son séjour parisien, Monsieur le Comte décida, comme il est d’usage à la veille de grandes décisions, de faire une trêve, de remettre les affaires à plus tard, de se plonger dans une espèce de farniente que ne troubleraient, chaque heure, que les carillons de la pendulette, rythmant, d’une façon aussi précise que sobre, la vie intime de la Suite dont l’hôte se disposait, calé sur de confortables coussins de plume, à la lecture des Lettres de Madame de Sévigné, laquelle alternerait avec la consultation de Petit Viatique Rouge. Le sentimentalisme de Madame de Sévigné servant à tempérer, du moins Fénelon de Lamothe le supputait-il, les ardeurs du maroquin qui, depuis plusieurs jours, sommeillait au fond du cuir de Russie. Il fit prévenir la réception de l’hôtel qu’il ne prendrait point de déjeuner, pas plus que de collation, qu’on fût attentif à ne pas l’importuner en raison des affaires courantes qu’il avait à expédier avant de quitter la Capitale. Afin de donner du crédit à ses paroles, Monsieur le Comte dépêcha un garçon de courses porter un pli à Monsieur Symphorien Lavergnolle, supposé mandataire qui traitait pour son compte l’achat de denrées alimentaires auprès des courtiers des Halles. Comme il se doit, personne à l’hôtel ne crut à la vraisemblance des propos du solognot dont les négociations habituelles se situaient plutôt du côté du Parc Monceau que de celui des Pavillons Baltard, ces derniers fussent-ils des trésors d’architecture.   

  Le contenu de la missive était, on s’en sera douté, des plus prosaïques, quoique Monsieur le Comte fût parfaitement dégrisé à l’heure de sa rédaction, mais déjà fortement préoccupé par le célèbre bougnat et la faune qui s’y pressait quotidiennement. Ainsi y avait-il comme un projet dans l’air, le Fournisseur de traverses de chemin de fer ayant déjà tracé, si l’on peut dire, sa voie, car, pensait-il, et il l’écrivit en guise de conclusion à son nouvel ami Symphorien Lavergnolle :

 

 

 Comment trouver

Un bouge

Du Petit Livre Rouge,

Comment s’encanailler,

                                                           Sans bourse délier

Si ce n’est

Par une virée

De Fénelon

Au Pied

De Cochon ?

                          

 

 

  Le soir venu, souhaitant passer de la théorie à la pratique, Fénelon de Najac se vêtit d’un costume de velours, qu’il réservait habituellement aux parties de chasse, coiffa son chef d’une casquette Prince de Galles qui le faisait ressembler aux grands propriétaires écossais, enfila à ses pieds des bottines de cuir souple, car il était disposé à l’exercice physique et, ayant estimé, sur un plan, la distance à parcourir, somme toute raisonnable et propice à calmer son agitation, il descendit prestement le grand escalier de fer forgé, passa devant la réception où l’on s’inquiéta d’une calèche à prévenir, que l’hôte du Grand Hôtel, d’un geste ample de la main, décommanda avant qu’elle ne fût requise pour la course. Mais, cette fois, la canne à pommeau d’argent fit partie du voyage car Fénelon de Lamothe, ce soir-là, décida d’être fidèle au principe suivant, qu’il énonçait souvent en son for intérieur :

 

« Mieux vaut

Au vestiaire

Laisser

Son paletot

Et, plutôt

Que son bréviaire

Emporter

Son pommeau. »

 

  L’air tiède de la rue lui donna d’ailleurs raison, ce qui le rasséréna sur sa décision en même temps que se raffermit en lui la nécessité de poursuivre la pratique des sentences et proverbes à usage de prophylaxie mentale, ce que, derechef il énonça sous la forme : 

 

« Dictons

Et proverbes

À l’unisson

Font du verbe

L’invention.

Proverbes

Et dictons

À l’unisson

Font le verbe

Polisson. »

 

   Sortant de la Rue Meyerbeer, il traversa le Boulevard des   Capucines que des bourgeois arpentaient avant d’aller dîner, descendit la Rue de La Michodière, rejoignit l’Avenue de l’Opéra à l’angle de la Rue des Petits Champs où les réverbères commençaient à grésiller, dépassa, sur la gauche la Bibliothèque Nationale, sur sa droite la partie arrière du Jardin du Palais Royal d’où sortaient, par groupes épars, des promeneurs qui gagnaient les Galeries Vivienne et Colbert afin d’y trouver des rafraîchissements, il continua par la Rue Feuillade et la Place des Victoires, s’engagea Rue Etienne Marcel, qu’il laissa à la hauteur de la Rue Pierre Lescot. Les Halles étaient tout près maintenant, et le Comte retrouvait, avec un certain plaisir, devait-il l’avouer, la foule chamarrée et bruyante du quartier des poissardes, clochards et autres camelots. Il tourna à droite, Rue du Cygne, fit un détour par la Rue Mondétour, s’amusa du nom des rues, « Petite Truanderie », suivie de la « Grande Truanderie », passa Rue Saint-Denis où, sous des portes cochères, se tenaient en retrait, moultes péripatéticiennes qu’il n’eut aucun mal à identifier au vu de leurs accoutrements et de leurs bonnes manières, décochant aux badauds des œillades et des gestes qui n’avaient rien de séraphique.

  Fénelon de Lamothe, plus curieux qu’émoustillé, décida de remonter la rue jusqu’au Châtelet. Se succédèrent ainsi, au hasard des portes cochères, une Blonde décolorée aux lèvres rouges et pulpeuses; une Fille brune, à peine majeure, dont la jupe haut fendue s’ouvrait sur des jarretières rose bonbon; une Femme d’âge plus que mûr, lourde poitrine propulsée vers le haut par une gaine à lacets; des clins d’œil entreprenants; des lumières rouges dans les renfoncements des portes d’hôtel; des messieurs pressés qui suivaient des dames de petite vertu dans de sombres rues adjacentes; des bistrots violemment éclairés où des Femmes vulgaires et bruyantes apostrophaient les passants; une Femme âgée qui arpentait le trottoir en claudicant et en vantant ses mérites; une Femme aux lourdes créoles, à la jupe longue et plissée, qui ressemblait à une danseuse de flamenco; une Femme blond platine, aux yeux très bleus, aux cernes profonds, qui chantait; une Femme très mince dans des vêtements collants, noirs, comme ceux d’un toréador; plusieurs Femmes appuyées à des murs, qui fumaient en tenant des propos obscènes; des Femmes aux fesses rebondies, aux poitrines étroites ou généreuses, aux bouches minces ou élargies sur des sourires carmin, aux cheveux plaqués, frisés, teintés, couleur cuivre, flamboyants, ailes de corbeau; des Femmes souriantes, tristes, agressives, timides, effarouchées: des Femmes par dizaines, comme exposées sur un étal, livrées au commerce des hommes, de leurs yeux qui les dévoraient, anticipant leur proche plaisir, qui choisissaient, qui soupesaient les avantages apparents et peut être les surprises cachées, dont Monsieur le Comte se demandait si le solde en était positif, si le client était récompensé, floué parfois, médusé peut être.

 


Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:07

 

Honnies soient qui mâles y pensent (11) 

 

  Cette sotie lui fit comme un clin d’œil, lui, Comte de Lamothe, qui se retrouva dans une salle enfumée et bruyante, où l’on festoyait beaucoup, se sustentait fort, buvait sans retenue. Ayant esquissé un pas, ou plutôt une sorte d’entrechat, dans le but de tourner sur lui-même et de franchir à rebours la porte qu’il venait à peine de pousser, une main grasse et velue, celle de l’Auvergnat maître des lieux, s’abattit sur son épaule, le forçant à s’asseoir sur un tabouret en gros rondins de bois, lui proposant, sans autre forme de procès, une gratinée à l’oignon, spécialité de la Maison, un pied de cochon sauce gribiche, et, pour finir, une tourte auvergnate au fromage, le tout arrosé d’un vin rouge au caractère rugueux pour ne pas dire irascible, qui, le Comte s’en doutait, surprendrait son palais habitué à de plus fines libations. La proposition de l’Auvergnat, paraissant dénuée de toute arrière-pensée, teintée même d’un début de franche camaraderie, incita Fénelon de Najac à accepter le projet de Symphorien, car tel était le prénom de ce brave homme dont le teint franchement vineux n’avait d’égale que son évidente candeur. Si, dès le début des agapes, il eut été exagéré de dire que les deux convives se comportaient comme larrons en foire, l’on peut affirmer, sans risque d’abuser le Lecteur, qu’après le pied de cochon, la glace était totalement rompue, vertus de Bacchus aidant, et que la tourte auvergnate ne s’entoura plus d’aucune précaution oratoire, laissant plutôt la place à des propos de cabaret et d’auberge espagnole.

  La première dame-jeanne fut l’occasion de faire un peu mieux connaissance, la seconde de pénétrer les intimités réciproques, la troisième d’aborder les propos licencieux et grivois, comme il était d’usage chez les hussards après que les émotions du combat étaient passées. Leur amitié toute neuve s’enhardit même de quelques projets, sous la forme d’une visite que Symphorien promettait d’effectuer à Fénelon, en pays solognot, quand il fermerait pour quelques jours l’estaminet, alors que le Comte accédait au désir du bougnat qui projetait de faire se rencontrer, au Pied de Cochon, Segondine, sa femme, et madame la Comtesse. Sans doute l’Auvergnat comptait-il sur les vertus de sa cave pour abattre les barrières sociales et peut être même jeter les bases - utopiques, sans doute, mais sait-on jamais - d’un aimable phalanstère où se fréquenteraient, dans le plus grand bonheur, les Modestes des Halles et les Aristocratiques de Sologne.

  L’euphorie aidant, les deux hôtes du Pied de Cochon, auxquels se joignirent bientôt les autres auverpins, ne tardèrent pas à entamer, sous la forme tonique et égrillarde d’une chanson à boire, quelques joyeux couplets de leur invention :

 

 

A la cantine

Segondine

Cuisine

A la cantine

Charline

peaufine

Pour Symphorien

Trois p’tits riens

Qui font du bien

Pour Fénelon

Des rognons

Sans s’fair’ d’mouron

 

 

A la cantine

Segondine

Charline

Cuisinent

Cuisinent

Oh, les coquines

Les rognons

De Fénelon

Les trois p’tits riens

De Symphorien

 

 

   Fénelon de Najac, tout abandonné qu’il était aux « vertus » des Halles, au fumet subtil des pieds de cochon, aux vapeurs alcooliques du nectar auvergnat, flottait dans une sorte de douce béatitude, en oubliait même son aristocratie, son épouse Yvette-Charline, son Domaine de La Marline de Clairvaux, faisant l’expérience d’une sorte d’état de dénuement où s’étrécissait jusqu’à son arbre généalogique, lequel, dépouillé de ses nobles rameaux eût pu laisser le Comte dans une situation des plus roturières, l’amenant même à abandonner ses particules et ses patronymes multiples, les amputant de leur désinence, les conduisant au seuil d’une existence où il s’imaginait dépourvu des attributs de la noblesse - il aurait pu alors s’appeler  Fénelon Lamonaj, demeurer à Marlin - , goûter la poésie du quotidien des gens modestes, sans ambition aucune, qui ne possédaient dans leurs bourses que les quelques écus nécessaires à leur survie et, pour habitat, un appentis au toit de chaume ou de bruyère, comme on en trouve parfois, sur des abris de chasse, dans les profondeurs de la forêt solognote.

  Alors que Fénelon, en toute simplicité, se laissait aller à une sorte de déambulation sans but, on allait et venait au Pied de Cochon : poissonniers, bouchers, garçons de courses, dames de petite et de grande vertu, lesquelles étaient toutes des habituées, des amies de Symphorien qui, entre deux clients dans le quartier, venaient se réchauffer en buvant un café, perchées sur de hauts tabourets qui, généreusement, dévoilaient leur intimité, ne faisant aucunement mystère du commerce auquel elles se livraient.

  La soirée était fort avancée lorsque Fénelon  Lamothe, qui en avait même oublié sa particule, salua la noble compagnie du Pied de Cochon, prit congé de ses hôtes, dans des effusions qui allèrent jusqu’à l’accolade du Patron et de son épouse, leur promettant de franchir à nouveau le seuil dès que son emploi du temps le lui permettrait.

  Au moment de sortir dans la rue, retrouvant ses réflexes d’homme du monde, il tint l’un des battants de la porte aux vitres dépolies, s’effaçant pour laisser le passage à une jeune et belle inconnue qui, l’espace de quelques secondes, occupa l’étendue de son champ visuel. Ninon, une familière des lieux, s’installa sur un haut tabouret, sortit une cigarette de son étui, pendant que Symphorien lui préparait un café double et corsé : la longue nuit n’était pas encore arrivée à son terme. Revenu au Grand Hôtel, Monsieur le Comte demanda au garçon d’étage de lui faire couler un bain avec beaucoup de mousse. Souhaitait-il, de la sorte, se laver du Pied de Cochon, de son ambiance populaire et annuler, en toute conscience, les vertus « narcotiques » du lieu qu’il venait de quitter ? L’hôte de la Suite Alexandre Dumas, à l’issue de son bain, ne fut pas en mesure d’apporter une réponse à une question qui n’était que superfétatoire et s’endormit, le cœur heureux et l’âme tranquille dans les soies parfumées de lavande du Grand Hôtel de la Rue Meyerbeer.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:03

 

Honnies soient qui mâles y pensent (10)

 

  Fidèle à ses principes, Monsieur le Comte souhaitant établir une hiérarchie dans sa connaissance plébéienne, la seconde soirée fut consacrée au quartier des Halles, dont il avait toujours entendu dire qu’il était fort peu recommandable mais haut en couleurs et le pittoresque dont on le peignait n’était pas pour déplaire à l’hôte de La Marline habitué, il est vrai, à de plus bourgeois protocoles. Soucieux d’éviter la rencontre avec le cocher de la veille, Fénelon de Najac décida de gagner à pied le quartier de la gare Saint-Lazare, point de départ de nombreuses lignes de  voitures à cheval. Vêtu d’une façon encore plus modeste que lors de son incursion vers la porte Saint-Martin, les mains libres de canne à pommeau d’argent, laquelle eût pu éveiller les soupçons du peuple modeste qu’il se disposait à découvrir, le Comte chercha une diligence, souhaitant fondre sa propre silhouette à l’anonymat d’un déplacement collectif. Il trouva une place libre, un peu en arrière du cocher, où il pouvait à son aise observer le spectacle des rues. La diligence s’engagea dans la Rue du Havre, tourna Boulevard Haussmann, vers les grands Magasins. Une foule dense, à la fois bourgeoise et populaire, essaimait les trottoirs de mouvements multiples et colorés. Les boutiques s’apprêtaient à fermer leurs portes, libérant dans la rue les derniers clients.

  On emprunta la Rue Auber, on longea l’Opéra devant lequel les premiers spectateurs commençaient à déambuler, attendant l’heure de la représentation. On y jouait " Carmen " de Bizet. On descendit l’Avenue de l’Opéra. Les passants y étaient plus clairsemés, certains regardant au travers des vitrines des gravures de voyages au milieu d’objets exotiques; d’autres, sans doute de passage à Paris, regagnaient leurs hôtels dont les fenêtres, à l’agencement régulier, rythmaient l’avenue. On aperçut le Palais Royal. La Comédiefrançaise faisait relâche. On gagna, par la Rue de Rohan, la Rue de Rivoli, dont les arcades multiples étaient encore pénétrées par les derniers rayons du soleil. On longea la façade longue et grise du Louvre.

  La diligence s’arrêtant à l’angle du Pont-Neuf, Monsieur le Comte en descendit, estimant l’endroit satisfaisant pour gagner, à pied, le quartier des Halles, prenant le temps de consulter auparavant le programme des soirées affiché devant le Théâtre du Châtelet. Il remonta ensuite le Boulevard de Sébastopol, se mêlant à une foule nombreuse et populaire qui, en quelque sorte, offrait à Fénelon de Najac, une transition de circonstance avant que d’aborder le lacis des rues autour des Halles, qu’il imaginait bruyantes, certainement sales et encombrées de déchets, peut être livrées à la canaille - n’aurait-il pas été préférable qu’il se munît de sa canne à pommeau ? -, mais le promeneur ayant obliqué sur sa gauche par la Rue Berger, fut plutôt rassuré par le fait d’y rencontrer des chalands qui, pour modestes qu’ils fussent, n’en étaient pas moins rassurants, leurs visages étant même empreints d’une certaine bonhomie qui paraissait le gage d’une soirée fort agréable, fût-elle des plus inhabituelles. Au fur et à mesure de sa progression vers les Halles - il en apercevait déjà les pavillons dessinés par Baltard - , il s’imprégnait progressivement, des bruits, des mouvements, des remugles. Il ne tarda pas à croiser, pêle-mêle, des négociants, des marchands des quatre-saisons venus s’approvisionner, poussant leurs carrioles aux roues cerclées de fer qui résonnaient sur les pavés; des poissardes à l’étonnante faconde; de fortes femmes aux poitrines arrondies comme des barbacanes, qui hélaient les passants de manière fort délurée, et dont Monsieur le Comte, dans sa naïveté provinciale et solognote ne s’aperçut point, tout au moins au début de sa déambulation dans les rues qu’éclairaient les becs de gaz, qu’elles étaient des femmes de " petite vertu "; des Forts des Halles poussant devant eux des ventres proéminents dissimulés, non sans mal, par de grands tabliers bleus, dont la plupart, tachés de sang, de traces de fruits, décorés parfois d’écailles de poissons, constituaient, à leur façon, une enseigne dont les braves hommes étaient porteurs, genre d’hommes sandwiches faisant la publicité de leur état. A cette constatation, Monsieur le Comte, dont l’intention était toujours de dissimuler sa noble origine, se félicita de ne s’être point muni de quelque signe aristocratique que ce fût, lesquels l’eussent fait repérer aussi sûrement qu’une pièce portant son identité et sa photographie.

  Lors des premiers pas de sa pérégrination, il évita que ses chaussures, cirées par les soins du personnel du Grand Hôtel, ne vinssent heurter les trognons de choux, les os sanguinolents que des chiens venaient dépecer, les queues de morues abandonnées par des chats faméliques, des bouteilles brisées, des cornets de papier gras, des pommes frites écrasées, des écorces d’orange, des pluches, pelures et déchets divers. Mais, ce faisant, l’élégant solognot, voulant à tout prix dissimuler son état, courait, à tout moment, le risque de le révéler au prix de vaines et fastidieuses attentions. De cette constatation naquit aussitôt, dans la tête du Comte, un petit couplet, en forme de dicton :

 

« Si nous voulons

À la lumière du phare

Exposer le bouton,

Sous le fard

Dare-dare

Le cachons. » 

 

  Voulant, sur-le-champ, mettre à l’épreuve la morale de l’histoire, il baptisa sa chaussure gauche, la déposant au beau milieu de plumes de poulet ornées de fientes, baptisa aussitôt la droite, qui abandonna le haut du pavé pour le caniveau encombré d’une flottille de détritus. Par ce simple geste, aussi rapide qu’efficace, il se sentait, à sa façon, un peu « homme des Halles », geste qu’il voulut compléter, poussant la porte aux vitres dépolies, grasses et enfumées, d’une sorte d’estaminet surmonté de l’enseigne, décorée à l’ancienne, deux verrats tenant dans leurs pattes porcines une sorte de médaillon où, en lettres couleur sanguine, figurait l’intitulé :

 

Au pied de cochon

 

Et, au dessous en lettres noires, de plus petite taille :

 

« Qui, pied de cochon

Visitera,

Mouton

Entrera,

Verrat

sortira »

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:00

 

Honnies soient qui mâles y pensent (9)

 

  C’est ainsi que, muni des divers assemblages de son « Mécano pour Célibataires, Vieux Garçons, Epoux frustrés et autres Dilettantes de l’Art Amoureux », Le Comte décida, un beau matin, ayant d’abord vérifié la présence du Petit Livre Rouge au fond de sa malle en cuir de Russie, de rejoindre la gare de Labastide, d’y prendre l’express de 11 heures 48 qui le conduirait en quelques heures à la gare d’Austerlitz où il s’assurerait les services d’une diligence pour aller du Jardin des Plantes à l’Opéra, en longeant les quais de la Seine. Bien sûr, je ne doute pas, bienheureux Lecteur, bienheureuse Lectrice, qu’après les assemblages de l’Art Amoureux, vous n’ayez en tête, dans quelque coin secret, de lubriques intentions que, généreusement, vous offrirez à Monsieur le Comte, afin que ce dernier, les mettant en pratique, vous permette d’en jouir en retour. C’est là rien que de naturel, me direz-vous et, entre nous, lequel parmi vous ne tire jamais l’oreille à un fantasme qui ne veut pas aller là où vous l’attendez ? Je sens bien que je suis, là, dans le droit fil de vos espoirs et avant que votre déception ne tourne en frustration, laquelle n’est jamais bien loin des états de langueur et de dépression, je vous ferai l’aveu que j’aborderai les fantasmes avec ou sans « PH », en leur temps et avec les détails qui conviennent, mais sachez que pour l’heure, souhaitant respecter la moralité et la bonne tenue des de Lamothe-Najac, je ferai descendre Monsieur le Comte à son Hôtel de la Rue Meyerbeer, demanderai au personnel de service de déposer la malle en cuir de Russie contenant le Petit Livre Rouge vous vous souvenez, n’est-ce pas ? -, que Monsieur le Comte n’oubliera pas, mais ne consultera point, ni sur le lit Napoléon III en ébène, ni sur le fauteuil Empire situé près de la croisée encadrée de lourdes tentures de velours brun, se contentant de faire un brin de toilette, de défroisser les basques de sa jaquette d’alpaga, de sonner la Femme d’étage (non pour qu’elle sacrifie aux besoins intimes de l’hôte de la Suite Alexandre Dumas, dont vous attendez le savoureux dénouement), mais dans le but de mander une voiture à cheval que monsieur le Comte empruntera pour se rendre, une fois n’est pas coutume, à la Gare Saint-Lazare.  

Dans la serviette de cuir que Fénelon de Lamothe emporte toujours dans ses déplacements hors de Sologne, dorment présentement quelques volumineux contrats, lesquels assureront encore pour longtemps les parties de chasse, réceptions et autres menus plaisirs de La Marline de Clairvaux, car, Monsieur le Comte, fidèle à la réputation des différents rameaux composant son arbre généalogique, vient, pour sa part, de porter à l’actif de son négoce, la vente de milliers de stères de bois de chêne pour la France et pour l’Etranger, dont : 5000  pour la voie Paris-Marseille ; 3500 pour Paris-Brest ; 15000 pour Moscou-Vladivostock ; 10000 pour Pékin-Shangaï ; 3000 pour Londres-Newcastle ; Monsieur le Comte voyageant ainsi, par traverses interposées, sur les voies de Provence, de Bretagne, de Chine, de Russie et d’Angleterre, ceci sans qu’aucune gêne ou fatigue particulière vînt ternir les agréments liés aux diverses villégiatures.

  Fort satisfait de la tournure que les affaires avaient pris, mis en verve par l’agitation parisienne, le Comte regagna son hôtel de fort bonne humeur, disposé, cette fois, à " mettre au pied du mur " les propositions du Petit Livre Rouge, et d’adopter progressivement, les fort honorables recommandations que ses pages semblaient contenir. L’on s’étonnera peut être du calme et de la pondération dont Fénelon de Najac fit preuve alors même qu’il était libre de toute préoccupation liée à ses biens, à son épouse, au Domaine de La Marline de Clairvaux où officiait, en toute rigueur et dévouement, un personnel affable et toujours prompt au service de Monsieur le Comte, suivant à la lettre, avec dynamisme et disponibilité les consignes dont le Régisseur, Anselme Gindron, à peine âgé de trente ans et dans la pleine possession de ses moyens, leur demandait l’exécution.

  Sa première soirée, Monsieur le Comte souhaita la réserver, non sans avoir préalablement consulté son Petit Viatique, à la découverte, tout en douceur et, comment dire, dans la forme d’une approche qui, du moins dans la perception personnelle qu’il en avait, présentait des similitudes avec la chasse, l’affût plus précisément, où le chasseur surveille plus sa proie qu’il ne désire en faire son bien propre et immédiat, le plaisir résidant surtout dans l’attente elle-même.

  Après une toilette minutieuse, le Comte choisit, dans sa garde-robe, les effets les plus modestes qu’il put y trouver, de fort belle tenue néanmoins mais dont la relative sobriété rassurait Fénelon de Najac qui souhaitait se mêler à la foule des quartiers populaires avec la discrétion d’un quidam ou d’un simple badaud voulant profiter des effluves printaniers. Roturier il voulait paraître, roturier il parut, quoique sa démarche racée fut moins celle d’un percheron dela Beauce que d’un yearling de Deauville. La seule concession que le Comte fit à sa "panoplie " aristocratique fut d’emporter sa canne à pommeau d’argent, portant dans le métal, les armoiries des de Lamothe-Najac. Ce faisant, son intention n’était nullement d’arborer un genre de "sceptre" qui le distinguât du commun des mortels, en lui signifiant la qualité de son rang, et bien que Fénelon ne fût ni poltron ni timoré, il préféra se munir de la canne qui, à l’occasion, pourrait mettre en fuite bien des gredins qui eussent pu en vouloir à sa bourse de riche propriétaire solognot. Du reste, celle-ci fut soigneusement dissimulée sous le plastron empesé, Monsieur le Comte irait subrepticement aux toilettes prélever quelques écus dans son "argentier "dès que le besoin s’en ferait sentir.

  Après un dîner d’une exemplaire sobriété, le Comte sortit de son hôtel, héla une voiture qui remontait la rue Meyerbeer en direction de La Chaussée d’Antin. Au cocher qui s’enquit du trajet à suivre, de Lamothe précisa qu’il souhaitait emprunter les Grands Boulevards, en direction de la République, souhaitant s’arrêter à la Porte Saint-Martin où l’attendait un courtier avec qui il était en affaires. La Porte Saint-Martin ayant, pour le Comte, un relent par trop populaire, du fait de sa situation à mi-chemin des Gares du Nord, de l’Est et du quartier des Halles, l’hôte de La Marline préféra donner au cocher un motif "vraisemblable " qui justifiât sa halte à cet endroit, ce qui, finalement, le fit sourire, au simple motif que le brave cocher devait fort peu se soucier des destinations de ses passagers dont il devait oublier la physionomie sitôt que déposés sur la chaussée. Rasséréné par la discrétion de son voyage, le passager se cala sur les coussins de cuir de la calèche et se disposa à regarder les mouvements de la ville. La voiture s’engagea sur le Boulevard des Italiens où de fort belles jeunes femmes en crinolines, des messieurs en habit, déambulaient dans les derniers rayons du couchant. Des consommateurs attardés riaient aux terrasses de café, bénéficiant des premières douceurs du printemps. Puis on atteignit le boulevard Montmartre, le Boulevard Poissonnière où se mouvait une foule plus bruyante, plus bigarrée; le Boulevard de Bonne Nouvelle, on longea la Porte Saint-Denis, on traversa le Boulevard de Sébastopol où se bousculaient ouvriers, commis d’administrations, voyageurs qui remontaient, charriant de lourdes valises, vers les gares du Nord et de l’Est. Le cocher fit claquer son fouet à la hauteur de la Porte Saint-Martin, tendit la main pour recevoir le prix de la course et souhaita, à Monsieur le Comte, de la chance en affaires. Ce à quoi ce dernier répondit "qu’on n’avait que la chance qu’on méritait " et, sur cette sentence qui n’appelait pas de réplique, descendit sur la chaussée, s’engagea dans la Rue Saint-Martin que des groupes de jeunes gens, bruyants et mal attifés, remontaient pour se rendre aux théâtres des Grands Boulevards.

  A sa grande satisfaction, le Comte s’aperçut qu’il pouvait fouler les trottoirs populaires sans que la "faune "qui l’empruntait,  et qui lui parut d’emblée sympathique, s’offusquât ou même s’étonnât le moins du monde de sa présence en ces lieux. Ce sentiment lui fut agréable. Il sentait déjà, d’une façon toute intuitive, que le Comte de La Marline, qui rejoindrait dans quelques jours sa campagne solognote, ne serait pas tout à fait le même que celui qui en était parti, il y a peu, malle de cuir de Russie à la main. L’idée de la malle le fit sourire, celle du contenu de son double fond, surtout, dont il était le seul à connaître l’existence. Il passa devant le Conservatoire National des Arts et Métiers, descendit le boulevard jusqu’à la Rue de Turbigo, qu’il prit, sur sa droite, ignorant volontairement le quartier des Halles, laissant l’investigation de ce dernier à plus tard, remonta une partie de la Rue Etienne Marcel et regagna, par la pittoresque Rue Montorgueil et la Rue Poissonnière, les Grands Boulevards où il héla une calèche. Il indiqua au cocher l’adresse de son hôtel, Rue Meyerbeer, après quoi le conducteur de la voiture, qui était celui de l’aller, accomplissant son trajet de retour, lui demanda si les affaires avaient été aussi fructueuses qu’espéré. Ce à quoi, l’érudit répondit, non sans une pointe d’humour, citant un proverbe de Rousseau, extrait de " Julie " :

   " On jouit moins de ce qu’on obtient que de ce qu’on espère ".

Ce à quoi le non érudit répondit, avec un fort accent marseillais :

   " Mazette, on en sait des choses en Sologne ! "

  Monsieur le Comte, tout juste parachuté sur le trottoir par son perspicace cocher, se gratta la tête, geste dont il était, il faut bien l’avouer, fort peu familier, pénétra sous le lustre de cristal du hall du Grand Hôtel, monta l’escalier recouvert de velours rouge - il avait négligé l’ascenseur - , manqua de se tromper de porte, essayant d’introduire sa clé à breloque aux armoiries du Grand Hôtel, dans la Suite Victor Hugo, trouva finalement la sienne, s’assit sur le fauteuil Empire près de la croisée aux rideaux de velours brun, se gratta derechef le chef, ce qui eut pour effet de déclencher chez lui, une sorte de réflexe, dont sortit une phrase en forme de maxime, de sentence ou de proverbe, il ne savait plus tellement établir la différence, et qui, sortant de sa bouche, s’étala dans le silence ouaté et dispendieux de la suite comtale :

 

« Cocher

Bien informé

                             Fait Pied de nez                             

  Solognot

   Sous son chapeau

  Tombe de haut »

                 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 13:49

 

Honnies soient qui mâles y pensent (8)

 

La thérapeutique du Docteur d’Yvetot s’avéra à tel point magistrale, que Monsieur le Comte, stimulé par la ritournelle moultes fois évoquée, chantée, serinée, ne s’endormait qu’aux aurores naissantes, aux prises avec des rêves concupiscents, où se mélangeaient, dans une joyeuse sarabande, les phantasmes les plus débridés, vêtus ou dévêtus, angéliques ou diaboliques, sournois ou bienveillants, dont l’hôte de La Marline, voyait, morbleuparbleusacrebleu, tantôt les yeux, tantôt les cheveux, tantôt la queue, l’acculant souvent à la panique, l’incitant parfois à prendre ses cliques, le conduisant, toujours, à leur faire la niquela niquela nique.

  Madame la Comtesse qui, au cours de ces nuits follement agitées, percevait on ne peut mieux la lame de fond qui tourneboulait son époux, en profitait quant à elle, pour grappiller quelques miettes, glissant l’index, le majeur, l’annulaire, l’auriculaire et même le pouce, dans la fente conjugale, afin d’y recueillir le lourd et érectile tribut que Fénelon de Lamothe payait à Cupidon. L’étonnante vigueur comtale, le désir, qu’elle, Yvette-Charline, sentait poindre en différentes parties de son corps, y compris les plus secrètes, les images obscènes qui commençaient à envahir sa tête, eurent bientôt raison des dernières barrières et fortifications de son puritanisme et, bientôt, elle s’enhardit, lançant de discrets mais audacieux assauts en direction des territoires anatomiques du " bienheureux "où Satan poursuivait ses œuvres, dans un sabbat que, même l’averti docteur Charles d’Yvetot, n’eût pu soupçonner. Mais la Comtesse dut se rendre bien vite à l’évidence, si quelques mets de choix lui étaient parfois offerts par l’état d’excitation permanent de Monsieur le Comte, elle ne les devait qu’aux épisodes de rêve où il se trouvait alors, et ne résultaient aucunement d’une volonté de ce dernier de lui rendre un hommage appuyé, destiné au culte d’Eros.

  Yvette-Charline n’en fut ni dupe ni affligée et dut bientôt se résoudre à des plaisirs solitaires, navigant de concert avec son licencieux époux, sur les flots agités du lit à baldaquins, héritage du Grand-oncle Eustache-Grandin. C’était à se demander, si le lit lui-même, n’était pas le dépositaire des fantasmes de son ancien occupant, si les montants en chêne de Sologne dont il était fabriqué n’étaient pas la forme matérielle et tangible de la légendaire vigueur physique du Maître de la Scierie. Nulle étude sérieuse ne vint confirmer les supputations de la Comtesse qui, de cette hypothèse fit son deuil, de la même façon qu’elle le fit, provisoirement, espérait-elle, des fougues de son époux.

  Or, si Yvette-Charline, commençait à trouver les nuits fort longues et ennuyeuses, Monsieur le Comte, les estimait trop brèves à son goût et les prolongeait, à pied, à cheval, en voiture et même, le plus souvent, entre les poutres de sa Librairie érudite. Dès lors, jours et nuits se transformèrent en un vaste pandémonium, où satyres, malins et autres génies jonglaient et lutinaient, mêlant à l’envi les fantasmes du Grand-oncle Eustache-Grandin et les phantasmes de son petit neveu, le Comte Fénelon de Lamothe-Najac.

  Mais, afin de ne pas choquer la pudeur bien naturelle des Lecteurs et comptant sur leur imagination fertile en matière amoureuse, il leur sera proposé simplement, à la façon d’une boîte de " Mécano " dont il faut assembler les pièces, quelques éléments fantasmatiques qu’ils voudront bien arranger à leur convenance. Afin de faciliter les manipulations, les diverses pièces dédiées aux fantasmes de tous ordres, seront rangées dans des boîtes, selon des catégories bien distinctes :

 

****************

 

    

 

 

 

        BOITE A : VETEMENTS

 

  A1 : VETEMENTS D’HOMME :

 

Paletot; Pelisse; Macfarlane; Robe de chambre; Souquenille; Redingote; Jaquette; Veston; Frac; Veste; Pet-en-l’air; Spencer; Pourpoint; Carmagnole; Culotte; Caleçon; Haut-de-chausses; Trousses; Houseaux; Rhingrave; Gilet; Soubreveste; Maillot; Pull-over; Chemise; Pyjama; Faux col; Cravate.

 

  A2 : VETEMENTS DE FEMME :

 

  Robe; Tailleur; Amazone; Canezou; Jupe; Jupon; Cotillon; Basquine; Corsage; Casaquin; Caraco; Tunique; Peignoir; Corset; Ceinture; Combinaison; Culotte; Soutien-gorge; Fichu; Guimpe; Pointe; Collerette; Berthe; Bavette; Béguin; Cornette; Voilette; Barbette; Manteau; Mante; Mantille; Boléro.

 

 

   A3 : PIECES ET ACCESSOIRES :

 

  Fond de culotte; Jambe; Entrejambe; Fourchette; Entournure; Taille; Pont; Poches; Gousset; Braguette; Décolletage; Queue; Paniers; Vertugadin; Bouffante; Capuce; Baleine; Coulisse; Nervure; Dentelle; Bouillons; Falbalas; Fanfreluches; Petite oie; Canons; Ruché; Passepoil; Bretelles; Agrafe.

 

   A4 : LEXIQUE ARGOTIQUE :

 

  Robe; Roupane; Serpillière; Pantalon; Bénard; Culbutant;  Falzar; Fourreau; Froc; Futal; Grimpant; Pince; Rofou; Valseur; Costume; Costard; Pingouin; Veste; Alpague; Poche; Fouille; Glaude; Profonde; Vague; Mouchoir; Tire-jus; Tire-moelle; Chemise; Limace; Liquette; Sous- vêtements; Fringues de coulisse; Culotte; Minouse; Maillot de corps; Léotard; Marcel; Soutien-gorge; Sostène; Soutif; Cache-sexe; Cache-frifri; Caleçon; Bénouze; Calbutte; Calfouette; Slibar; Chaussettes; Fumantes; Puantes; Sachets; Bas; Lisses; Tirants; Chaussures; Asperges; Godillots; Grolles; Lattes; Patins; Péniches; Richelieus; Santiagos; Sorlots; Targettes; Tartines; Tatanes; Tiges; Trottinets; Croquenots; Godasses.

 

       BOITE B : CORPS

 

  B1 : LEXIQUE STANDARD :

 

  Tronc; Tête; Cou; Menton; Joues; Lèvres; Poils; Cheveux; Tresses; Chignon; Bras; Jambes; Cuisses; Seins; Sexe; Pénis; Vulve; Vagin; Entrejambes; Coudes; Bassin; Hanches; Mont de Vénus; Petites lèvres; Grandes lèvres; Orteils; Pouce; Index; Majeur; Poignet; Gland; Verge; Testicules; Croupe; Fesses; Poitrine; Aisselles; Genoux; Cou de pied; Fesses; Cul.

 

  B2 : LEXIQUE ARGOTIQUE :

 

  Arche; Arrière-train; Artiche; Baigneur; Brioche; Croupion; Entremichon; Faubourg; Gagne-pain; Joufflu; Meules; Miches; Pétard; Pétrousquin; Prosinard; Tafanard; Troussequin; Turbine; Vase; Bacantes; Baffi; Bâfre; Balaià chiottes; Charmeuses; Moustagache; Rouflaquettes; Badigoinces; Babines; Babouines; Bagougnasses; Limaces; Pompeuses; Balcon; Avant-scène; Bide; Berdouille; Boîte à ragoût; Bouzine; Burlingue; Crédence; Gésier; Gras-double; Lampion; Binette; Bobèche; Bobine; Bouillotte; Chetron; Façade; Fiole; Gaufre; Terrine; Trombine; Tronche; Blair; Aubergine; Blase; Piton; Quart de brie; Ruche; Tarbouif; Tarin; Tasseau; Trompette; Truffe; Boutique; Bijoux de famille; Marchandise; Parties; Service trois-pièces; Cafetière; Boule de billard; Caberlot; Calebasse; Citrouille; Coloquinte; Mansarde; Sinoquet; Sorbonne; Clapet; Dalle; Dégueuloir; Gargue; Gicleur; Goulot; Margoulette; Porte pipe; Saladier; Tire-lire; Doudounes; Airbags; Amortisseurs; Ballochards; Blagues à tabac; Mandarines; Miches; Nibards; Œufs sur le plat; Pare-chocs; Roberts; Rondins; Roploplots; Tétasses; Gambette; Badine; Baguette; Brancard; Calouse; Canne; Compas; Echalas; Flûte; Fusain; Manivelle; Poteau; Quille; Jambon; Gigot; Jambonneau; Menteuse; Bavarde; Calpette; Escalope; Langouse; Languetouse; Mouillette; Tapette; Meules; Crocs; Crochets; Dominos; Grille d’égoût; Mandibules; Piano; Quenottes; Ratiches; Tabourets; Touches de piano; Minette; Abricot; Baba; Bénitier; Berlingot; Boîte à ouvrage; Boîte aux lettres; Boutique; Centre; Chagatte; Chat; Chatte; Choune; Con; Connasse; Cramouille; Craquette; Fente; Figue; Foufoune; Frifri; Greffière; Gripette; Lac; Laitue; Mille-feuilles; Minet; Moniche; Motte; Moule; Panier; Pâquerette; Teuche; Turlu; Clitoris; Bonbon; Bouton; Clicli; Cliquette; Clito; Framboise; Gâchette; Grain de café; Praline; Motte; Barbu; Cresson; Gazon; Tablier de sapeur; Touffe; Paluche; Cuillère; Fourchette; Griffe; Louche; Pince; Pogne; Pinceau; Escalope; Fromage; Fumeron; Nougat; Oignon; Panard; Paturon; Pince; Pinglot; Raquette; Ripaton; Targette; Tige; Trottinet; Pneu; Guitare; Poignée d’amour; Radis; Salsifis;Roustons; Agobilles; Balloches; Bonbons; Burettes; Burnes; Claouis; Coucougnettes; Couilles; Douillettes; Figues; Grelots; Joyeuses; Miches; Montgolfières; Noisettes; Olives; Orphelines; Parties; Pelotes; Précieuses; Rognons; Roubignolles; Rouleaux; Roupes; Roupettes; Valseuses; Yoc; Tifs; Alfa; Baguettes; Crayons; Cresson; Douilles; Doulos; Gazon; Afro; Balayeuse; Choupette; Petite choucroute; Iroquoise; Perruque en peau de fesse; Déboisé; Déplumé; Mouchodrome; Skating à mouches; Boule à zéro; Zob; Andouille de calcif; Anguille de caleçon; Arbalète; Ardillon; Asperge; Balayette; Bambou; Biroute; Bistouquette; Bite; Brandon; Braquemart; Chauve à col roulé; Chibre; Chinois; Chipolata; Chopote; Cigare à moustaches; Clarinette baveuse; Coquette; Dard; Dardillon; Darrac; Défonceuse; Flageolet; Petit frère; Gaule; Goupillon;  Guiguite; Guise; Guizot; Jacquot; Jean nu tête; Mandrin;  Matraque; Paf; Panais; Papillon du Sénégal; Pine; Polard; Popaul; Queue; Quique; Robinet d’amour; Sabre; Tebi; Vipère broussailleuse; Zeb; Zigounette; Zizi; Zobi.

                                                                                                                                                                                               

 

      BOITE D : PERCEPTIONS

 

  D1 : VOIR :

 

  Mirer; Admirer; Regarder; Ecarquiller les yeux; Etre émerveillé; Etre ébloui; Ne pas en croire ses yeux; Reluquer; Zieuter; Mater.

 

  D2 : ENTENDRE :

 

  Gémissements; Chuchotements; Suçotements; Charivari; Sabbat; Tumulte; Tapage; Boucan; Soupir; Supplication; Imploration; Halètement; Inspiration; Expiration; Succion.

 

  D3 : TOUCHER  :

 

  Caresser; Effleurer; Soupeser; Lisser; Masser; Frotter; Frictionner; Presser; Tapoter; Pincer; Faire vibrer.

 

  D4 : SENTIR :

 

  Effluves; Fragrance; Fumet; Parfum; Remugle; Fleurer; Respirer; Répandre.

Odeurs : Alliacée; Aromatique; Forte; Douce; Agréable; Fine; Exquise; Suave; Légère; Tenace; Pénétrante; Fade; Piquante; Amande; Ambre; Anis; Benjoin; Bergamote; Cachou; Camphre; Cardamone; Civette; Eau de Cologne; Frangipane; Héliotrope; Iris; Jasmin; Lavande; Marjolaine; Mélisse; Menthe; Musc; Myrrhe; Néroli; Œillet; Opoponax; Origan; Patchouli; Rose; Vanille; Vétiver; Violette; Ylang-ylang.

 

  D5 : GOUTER :

 

  Exquis; Succulent; Sucré; Doux; Epicé; Relevé; Salé; Amer; Raffiné; Délicat; Iodé; Acide.

 

       BOITE E : AMOUR

 

  E1 : SORTES D’AMOUR :

 

  Feux de l’amour; Passion; Flamme; Transports; Extase; Idolâtrie; Sentiments; Attachement; Penchant; Inclination; Béguin; Flirt; Amourette; Passionnette; Passade; Galanterie; Caprice; Cour; Conquête; Séduction; Amour platonique.

 

  E2 : AMANTS :

 

  Maîtresse; Amoureux; Amoureuse; Galant; Soupirant; Prétendant; Sigisbée; Céladon; Amoureux transi; Jeune premier; Adonis; Objet; Idole.

 

  E3 :ACTION D’AIMER :

 

  S’éprendre; S’amouracher; S’enticher; S’extasier; Adorer; Idolâtrer; S’embéguiner; S’attacher à; Brûler pour; Soupirer; Roucouler; Flirter; Conter fleurette; Offrir son cœur; Faire sa déclaration; Faire les yeux doux; Echanger des serments; Filer le parfait amour; Témoigner son ardeur; Donner des baisers; Faire des caresses; Accorder ses faveurs.

 

  E4 : POESIE :

      

     Vénus; Astarté; Aphrodite; Cupidon; Eros; L’Amour; Bandeau; Carquois; Flèches; Les Amours; Les Grâces; Cythère; Poésie érotique.

                   

       BOITE F : PLAISIR

 

  F1 AMUSEMENT :

 

  Amusette; S’égayer; Se réjouir; Se divertir; Se distraire; S’ébattre; S’ébaudir; Folâtrer; Batifoler; Badiner; Prendre du bon temps; Joie; Gaieté; Entrain; Agrément; Boute-en-train; Délasser; Divertir; Distraire; Détendre l’esprit; Désopiler; Réjoui; Délecter; Menus plaisirs; Récréation; Jeux.

 

  F2 : FETE :

 

  Faire la fête; Festoyer; Etre en liesse; Faire carousse; Vie facile; Bon vivant; Viveur; Faire la noce; Bombance; Frairie; Chère lie; S’en donner à cœur joie; S’en donner à gogo; Faire des folies; Faire ses farces; S’étourdir; Faire des excès; Se dissiper; Jouisseur; Festin; Régal; Se régaler; Se goberger; S’en fourrer; Partie fine; Partie carrée; Partie de plaisir.

 

      BOITE M : CHARCUTERIE

  Lard; Bande; Barde; Lardon; Jambon; Andouille; Boudin blanc; Boudin noir; Saucisse; Saucisson; Cervelas; Mortadelle; Chipolata; Crépinette; Hure; Langue fourrée; Attignoles.

 

      BOITE N : MOUVEMENTS DE LA MER 

       

  Marée; Flux; Reflux; Se retirer; Marner; Flots; Vagues; Lame

de fond; Paquet de mer; Houle; Raz-de-marée; Barre; Mascaret; Courant; Ressac; Tourbillon; Crête. Verbes : Monter; Se briser; Déferler; Clapoter; Ondoyer; Ecumer; Bouillonner.

 

      BOITE O : GEOLOGIE - ARCHITECTURE - FORMES (Creux et bosses)

 

  Gorge; Ravin; Grotte; Caverne; Cratère; Crevasse; Gouffre; Abîme; Précipice; Fosse; Ravine; Fissure; Pertuis; Meurtrière; Chatière; Musse; Couloir; Corridor; Gouttière; Rigole; Fente; Echancrure; Antre; Creux; Fossette; Raie; Sillon.

 

      BOITE P : VERBES ET ACTIONS

 

 Besogner; Coup de main; Energie; Ardeur; Remuer; Avoir le diable au corps; Monter; Soupeser; Ecarter; Entr’ouvrir; Gober; Sucer; Avaler; Mâchouiller; Ronronner; Susurrer; Aspirer; Gémir; Geindre; Relever; S’élancer; Darder; Soupeser; Enlever; Oter; Jeter; Se cambrer; Gonfler; Ondoyer; Osciller; Mouliner; Pédaler; Bourrer; Se déshabiller; Faire glisser; Se débarrasser; Jeter à terre; S’arc-bouter; Tendre; Se plier; Se courber; Monter; Descendre;Osciller; Se retenir; Enfoncer; Reculer; Avancer; Mordre;  Mordiller; Lécher; Léchouiller; Aspirer; Lisser; Torsader; Forer; Tournoyer; Touiller; Mouliner; Travailler; Butiner; Transpercer; S’ouvrir; Attirer.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

       

     BOITE Q : ADJECTIFS

 

  Long; Large; Etroite; Court; Courte; Gros; Grosse; Epaisse; Immense; Raide; Molle; Erectile; Flasque; Vigoureux; Vigoureuse; Tendue; Gonflée; Humide; Chaud; Chaude; Mouillé; Mouillée; Elastique; Tendu; Tendue; Moite; Fringant; Goulu; Goulue; Béant; Béante; Lourds; Lourde; Pesants; Pesant.

 

     BOITE R : ADVERBES

 

  Voluptueusement; Langoureusement; Amoureusement; Abondamment; Indolemment; Vigoureusement.

 

     BOITE S : INTERJECTION

  La simple pudeur, dans la mise en musique de la gamme des émois nous invite à laisser votre imaginaire libre de ses choix.

Lecteurs, Lectrices, les listes ci-dessus ne sont nullement exhaustives et il vous appartient de reporter vous-même, tout lexique personnel pouvant enrichir de manière significative le contenu des boîtes de jeu. Munis de ce précieux viatique vous ne tarderez pas, à l’instar de Monsieur le Comte, à entreprendre un grand voyage érotico-onirique qui, personne n’en doutera, comportera plusieurs visions d’anthologie, que vous n’hésiterez pas à noter dans les pages de votre Journal Intime.

  Vous êtes donc fortement conviés à plonger dans vos propres  ressources afin d’y extraire le « nec plus ultra » des délices de l’amour.

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 13:38

 

Honnies soient qui mâles y pensent (7)

 

  Le repas parut long et morne à Fénelon de Najac, court et joyeux à Yvette-Charline qui, ce soir-là, était d’humeur mutine, semblant avoir bu plus que de raison, ce qui, d’habitude, la disposait un peu plus aux choses de l’amour, assertion qui se confirma dans la soirée, après les ablutions rituelles, se glissant dans le grand lit à baldaquins à demi habillée d’une nuisette de percale qui laissait deviner les timides mamelons, une demi coudée environ à l’aplomb des bretelles, la toison relativement fournie, située, à peu près trois pieds et demi au-dessus de l’ourlet de dentelle brodée par sa grand tante, tous détails habituellement affriolants, que le Comte ne vit point ou plutôt affecta de ne pas voir, pas plus qu’il ne sentit le genre de pédalage discret que tentait, en vain, sa chaste épouse, escaladant les mollets conjugaux de la pointe de ses orteils, vernissés pour l’occasion; laissant errer ses pointes de doigts sur le jabot plissé en forte toile de lin qui terminait la chemise de nuit maritale; tentant même, en désespoir de cause, et au mépris de sa pudeur naturelle, de lancer avec prudence et retenue, un doigt, l’index de la main droite, le plus expert, en direction de la fente longitudinale qui, partant de la ceinture de l’époux, descendait en direction de ses parties les plus nobles, non dans le but de les exposer à la vue, mais de favoriser leur passage lors des mictions nocturnes, sur le vase de nuit en porcelaine de Sèvres, hérité de son père, Alphonse-Bernardet, l’index, donc, au moment de s’introduire ô, après bien des hésitations et de multiples reculades, dans la fente sans doute prometteuse, du moins l’avait-elle toujours été jusqu’à ce fameux soir où le Comte, émoustillé par les histoires lubriques de son Grand-oncle, décida de couper court à l’assaut du prédateur, amorçant sur lui-même une vrille vigoureuse qui surprit l’Aimée dont l’index, pris en tenaille par le resserrement soudain de la fente de lin, subit un fort pincement, comme celui résultant du serrement de la mâchoire d’un étau, se retenant pour ne pas crier de douleur, et surtout de dépit, en entendant les ronflements de l’amant qui l’avait éconduite, ronflements, vous l’aurez deviné, qui, pour sembler réels, n’étaient que simulacres cherchant à feindre le sommeil, lequel n’était pas près de l’assaillir, tout livré qu’il était à la tyrannie du journal intime d’Eustache-Grandin, dont les phrases résonnaient dans sa boîte crânienne, laquelle faisait une sorte de bruit sado-masochiste qui l’occuperait désormais le plus clair de son temps, y compris sous les poutres de sa vénérable Librairie. Il venait, sans le savoir, de découvrir un nouveau pan de la connaissance, mais ce dernier était plus organique qu’intellectuel, se nommait "FANTASMES ", mot qu’il écrivait plus volontiers " PHANTASMES ", le « PH » initial, issu de la racine grecque, donnant aux "basses œuvres " dont il se composait, de plus nobles assises. De ce jour datèrent les insomnies du brave Fénelon de Najac qui consulta la Faculté sous les traits avenants du Médecin de famille, le Docteur Charles d’Yvetot, lequel, fort expérimenté, convoqua la science médicale la plus récente, associée aux traditionnels remèdes de " bonne femme ".

  Ainsi se succédèrent, potions, bains de pieds et de siège, saignées, suppositoires au tilleul et au houblon, Crataegus Peyotl en dilution homéopathique, préparations magistrales à base de poudre de corne de cerf et de bile de sanglier, cataplasmes d’argile verte, alternés avec ceux à la feuille de saule, frictions au vinaigre de pommes rainettes; toute la pharmacopée y passa, la française, l’espagnole, l’italienne et même celle des Pays Baltes, mais force fut de reconnaître les limites des différentes thérapeutiques et la persistance des symptômes qui étaient alimentés, primo par les phantasmes personnels de Fénelon de Lamothe, secundo par feu les fantasmes d’Eustache-Grandin qui agissaient sur les phantasmes de son petit neveu, lesquels, dans une sorte de "cercle vicieux ", s’alimentaient derechef aux fantasmes de son grand-oncle, lesquels à nouveau … , tant et si bien que le Docteur d’Yvetot cherchait la façon de s’introduire dans cette sorte d’écheveau pour y créer une rupture, mais l’écheveau n’avait plus de début ni de fin et la pathologie récente de Fénelon de Najac menaçait bientôt de se transformer en un genre de mouvement perpétuel, qui amena le représentant d’Esculape, connaissant l’amour de son patient pour les adages, la poésie et les chansons populaires, à inventer la ritournelle suivante, que son patient devait répéter ou chanter, à l’heure du coucher, en lieu et place de l’habituel comptage des moutons et autres brebis :

 

  1)  Quand du phantasme

Je vois les yeux

Morbleu

Morbleu

Je prends panique

Je prends panique

 

 

      2)  Quand du phantasme

Je vois les cheveux

Parbleu

Parbleu

Je prends mes cliques

Je prends mes cliques

 

3)  Quand du phantasme

Je vois la queue

Sacrebleu

Sacrebleu

Je lui fais la nique

Je lui fais la nique

 

4)  Quand du phantasme

Je vois les yeux

Et les cheveux

Et la queue

 

5)  Morbleu

     Parbleu

     Sacrebleu

 

6)  Je prends panique

Panique

Je prends mes cliques

Mes cliques

 

7)   Je lui fais la nique

La nique

La nique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher