Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 09:32

 

De la blanche négritude.

 

 

dlbn 

 Photo © Christian Coigny

Texte© Pascal Sauvaire.

 

 

(Libre nomadisme entre

Le Photographe

&

Le Poète).


 

 

Plus mat qu'échec.

 

 

Echec

Deux joueurs

Guident leurs lentes pièces,

L’échiquier

Jusqu’à l’aube.

Les retient prisonniers

De son espace

Où se haïssent deux couleurs

Qui ne le sont

Pourtant pas.

 

Absence et totalité

L’oblique du fou

Et les pions agresseurs.

Le temps les consumera.

Le rite alors

Ne sera pas fini

Ce jeu de terre en guerre

Est pour toujours infini

 

                  PS.

 

 

 

   Dans la minceur d'avant le jour, dans la proue encore indistincte de la nuit, voilà que cela s'anime, voilà que les dagues sont convoquées. Mais comment résister à la clameur du doute, comment ne pas offenser l'ombre sertie de bogues acérées ?  Partout sont les astéries qui affutent leurs dents de diamants, qui dansent à la Mort. Partout les dendrites corail semeuses de poison. Et l'arsenic coule en longs filaments et les lianes s'enroulent sur leurs vulves étroites avec des sifflements d'obus, des perditions d'abysses. Pourquoi le Jour ? Pourquoi la Nuit ? Pourquoi la polémique des volontés abstraites, pourquoi les harpies du désir en leurs meutes verticales ?  

  Mais ouvrez donc vos oreilles, mais écartez la glaire de vos cristallins, mais poncez le talc de vos sclérotiques, mais dépliez la vrille de votre ombilic, mais ouvrez la porte étroite de votre sexe ou bien dressez-en la hampe polychrome en direction des nuages qui encrent le ciel, mais défaites le compas stridulant de vos cuisses meurtries, mais choquez donc la tête d'os de vos genoux, mais distendez les canneberges de vos tarses et métatarses.

  Tout ceci, vous le faites sous la conduite d'une simple injonction et c'est toujours mieux que d'ignorer l'arche virulente des choses. Toujours mieux que la surdi-mutité, la Cécité Majuscule qui accule les peuples à dormir sous les étoiles éteintes, la tête chauve des comètes, les lèvres anémiées des planètes. Car, voyez-vous, c'est l'irrésolution qui vous prend par le mitan du dos et vous plante ses crocs de vampire - aviez-vous vu ? ils sont verts comme le fiel -, et les crocs surgissent au-devant de votre belle Effigie et l'on dirait des puntillas écarlates venant de consommer le Noir taureau. C'est là, dans le sol de poussière, cela gît, cela n'agite même plus la force dionysiaque du Divin Minotaure. Il est planté -Échec & Mat -,  dans la Reine, les museaux écumants, geysers carmin éclaboussant le peuple de la féria, ce fleuve étincelant de la Viede la Mort.

  Partout dans les ruelles étroites de l'encierro, la pléthorique condition humaine exulte sous les clameurs solaires. L'aguardienta - l'eau ardente - enflamme les poitrines, brûle les calanques du désir. Ce soir, dans les tavernes, l'amour sera de banderilles, de flamenco, de tournoiements, de claquements de bottines pour conjurer la perte de la lumière, la toujours possible chute dans les mâchoires serrées de la détresse. Un sursis. Seulement. On le sait. Depuis l'antre cavernicole de sa poitrine, depuis les cerneaux faiblement allumés de sa tête, depuis la dague de l'horizon qui coupe le monde en deux sphères non miscibles, seulement disposées à l'affrontement. Échec & Mat.

  

Echec

Deux joueurs

Guident leurs lentes pièces,

 

  S'observent et leurs yeux de platine lancent des éclairs et les éclairs plantent leurs échardes au profond des humeurs vitreuses des Hommesdes Femmes et les gemmes des larmes sont des cierges métaphysiques. Et leur sang est Blanc et Noir. Toujours cette virulente dialectique qui creuse les chairs de son trépan aiguisé comme la faux.  Toujours cette incision par laquelle nous sommes convoqués au Destin, à cet endroit mince comme le fil, insaisissable, dans cette exactitude d'un espace

 

Où se haïssent deux couleurs

 

Le Blanc-le Noir  >><< Le Noir-le Blanc en un étrange chiasme comme pour dire ce qui, irréversible, n'inverse jamais son cours qu'à l'aune de notre inconnaissance.

Éros-Thanatos  >><< Thanatos-Éros, comme pour dire la dernière signature de l'Hommede la Femme dans la fente diagonale par où tout commence, par où tout finit.

Comme le SENS >><< SNES s'inversant avant de dire sa ligne invisible. Illisible. Nous attendons d'être. La feuille portant le Noir, l'Assiette recevant le Blanc : mince allégorie venue porter la parole, en termes dépouillés, de cette Cène où nous sommes seuls face à nous-mêmes en cette ultime confrontation. Après nous sommes muets et le Gris nous a désertés ! C'est cela la "Blanche négritude", cette foncière ambiguïté par laquelle il nous est donné de paraître en même temps que de nous absenter du monde. Dernier Pas de deux !   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher