Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 08:05
Ophélie au fil de l’eau

Peinture : Léa Ciari

 

***

 

Ophélie

au fil

de l’eau

 

Vous apercevant tout juste

Au sortir d’un songe

C’est cette phrase liquide

Toute empreinte

D’eau et de brume

Qui s’est présentée à moi

C’est curieux combien

Cette vision éthérée

Indique l’aquatique

 Et nul autre élément

 

Assurément, Ophélie

Vous ne reposez nullement

Sur la lourdeur de la TERRE

Les mottes d’argile

En leur pliure ne pourraient

Vous convenir

Le FEU en son

Éternelle combustion

En sa vive agitation

Vous n’en pourriez supporter

La naturelle érosion

A la rigueur l’AIR

Vous eût mieux convenu

 Son fin tissage de bleu

Ses mailles légères

Eussent brodé à votre corps

Une possible dentelle

 

Mais non, rien de

Ceci ne convient

TERRE, FEU, AIR

En toute certitude

Eussent échoué

Å circonscrire qui-vous-êtes

Å vous porter au sein

Même de votre intime.

 

Ophélie

au fil

de l’eau

 

Oui l’EAU est ce par quoi

Vous êtes venue au monde

Ce par quoi, peut-être  

Vous vous en retirerez

Si bien que, vous nommant

Grâce à ces trois syllabes

Si douces, si évanescentes

O  PHÉ  LIE

Vous devenez transparente

Å vous-même

Vous devenez invisible

Aux Autres

 

Ophélie

au fil

de l’eau

 

O dit la même chose que EAU

PHÉ dit la même chose que FÉE 

LIE dit la même chose que LIT

Ce lit fluvial en lequel

Vous flottez pour l’éternité

Ce que dit la limpidité de votre être

Votre nom en redouble l’essence

EAU en tant qu’EAU

Vous êtes au plus HAUT

Au plus haut et ceci est pure Joie

 

D’Ophélie je ne veux retenir

Que la simple beauté

Oublier la folie

Écarter le geste de la perte

Au sein de l’eau

Comment vous, Ophélie

Dont le nom chante

Avec tant de clarté

Pourrait-on vous verser

Aux ombres de la Mort ?

Ici je veux que vous

En deveniez sur-le-champ

La face inversée

Le riant visage

 Rien n’est jamais vrai

Que ce que l’on porte en soi

Au plus haut de ses

Soyeuses affinités

 

Ophélie

au fil

de l’eau

 

Or ce bleu qui

Vous soutient

C’est mon Ciel

Or ce blanc de votre voile

C’est la pureté même

Que je vous destine

Et m’offre en partage

Or la feuille claire

De votre peau

C’est ma chair en son intime

Qui s’ouvre au mystère du jour

Or votre nom OPHÉLIE

C’est le chant par qui

Je viens au Monde

Et y demeure touché par

Le silence de la belle poésie

 

Il y a une étrange harmonie

Qui mêle en une seule

Et même onde

Le luxe de votre chair

Le diaphane du voile

Qui vous ceint

La présence invisible de l’eau

Comment vous dire encore

Sans en appeler aux sources

De la plus vive poésie ?

Vous dire avec Rimbaud :

 

« Sur l’onde calme et noire

où dorment les étoiles

La blanche Ophélia flotte

comme un grand lys,

Flotte très lentement,

 couchée en ses longs voiles… »

 

Vous êtes Mystère posé

Sur un autre Mystère

L’eau a cette étonnante complexion

Tout à la fois miroir pour Narcisse

Eblouissement de Soi

Et fascination de s’y fondre

De retrouver le lieu

De sa naissance

De connaître la lustration

Qui nous ferait

Autre

Tout en demeurant

Nous-même

 

Ophélie au fil de l’eau

 

L’eau pour vous est le lit

L’eau pour moi est le lys

Dont parle le Poète Rimbaud

 

Ophélie au fil de l’eau

 

Quel fil à vous me relie

Vous telle la pluie

Pareille à un long sanglot

 

Ophélie

au fil

de l’eau

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher