Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 09:28
Vers quel horizon

Photographie : Hervé Baïs

 

***

 

Vers quel horizon

Notre être porte-t-il

Son affliction

Nous sommes abandon

Nous sommes perdition

 

Le ciel est gris

Qui se perd tout là-haut

Mon âme est grise

Qui ne connaît que la bise

Le ciel est gris qui s’éclot

Dans l’espace infini

 

La terre mais est-ce la terre

Cette langueur gorgée d’eau

La terre est parcourue de sillons

Mon esprit se teinte de limon

 

Une ligne noire sépare

 Le ciel de la terre

Elle est comme

Un trait ultime

Tiré entre les choses

Mon corps se ferme

Sourde porte close

 

Y a-t-il quelque part

Une lecture à faire

Un point de lumière à la lisière

Une plage de clarté court

Là-bas dans l’insaisissable du jour

Mes pensées pourraient-elles

Encore avoir cours

 

Vers quel horizon

Notre être porte-t-il

 Son affliction

Nous sommes abandon

Nous sommes perdition

 

Nul n’est ici arrivé

Le temps en sa pliure couché

Nulle ouverture n’a trouvé son lieu

Les yeux sont en quête d’un dieu

Désertés de toute présence

Cruelle et irrésolue nitescence

 

Ce lieu de pure beauté

Que saurait-il proférer

Sauf cette longue solitude

Sauf cette réelle finitude

Car Beauté est tragique

Car Beauté est magique

Car Beauté est alcaïque

Porte en soi au plus haut

Le Verbe en sa Poétique

Porte en soi tout ce qui

Au cœur nous tient chaud

 

En ce lieu de prodigieux silence

Nous faisons belle présence

En ce lieu de sourde existence

Vient à nous notre cruelle déhiscence

Du paysage nous sommes séparés

Du Monde nous ne voyons plus les traits

De ce qui est Autre nous sommes mutilés

 

Vers quel horizon

Notre être porte-t-il

 Son affliction

Nous sommes en abandon

Nous sommes perdition

 

Que dire au sujet

De cette vaste lagune

Qui déjà ne soit point lacune

Qu’éprouver au sein

De la merveilleuse Nature

Qui déjà ne soit profonde déchirure

Car les Hommes sont mortels

Se fourvoient souvent

En des péchés véniels

Car les Hommes

S’ils sont amoureux

Chutent souvent

En des abîmes ténébreux

 

Pourtant il y aurait

Bien peu à faire

Pour nous concilier

L’obligeance de la Terre

Vivre avec elle en harmonie

Cependant nous ôter tout souci

La cueillir telle une ambroisie

L’accueillir telle une Amie

 

Vers quel horizon

Notre être porte-t-il

Son affliction

Nous sommes abandon

Nous sommes perdition

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher