Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2022 2 28 /06 /juin /2022 07:28
Le juste regard  à l’horizon des choses

« Matin calme sur le lac »

Photographie : Hervé baïs

 

***

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

Le juste regard

Å l’horizon des choses  

Toujours est-il demandé

Une vision nuancée

Du monde

Le juste regard, sinon

 Les choses s’en vont

Pour ne plus reparaître jamais

Voir dans l’oblique

Dans l’ambiguïté est toujours

Au risque d’une perte

Le paysage

Au matin levant

Dans ses étamines de silence

 Le paysage en sa belle venue

Demande à être vu

En la singularité de son être

Dans l’exactitude de ce

Qu’il a à faire paraître

 

Ne le ferions-nous

Serions-nous

Des êtres distraits

Distraits d’eux-mêmes

 Distraits des choses

Alors tout s’effacerait

Dans une illisible nuit

Aux choses, au monde

Nous avons à être présents

De toute la dimension

Éployée de notre vision

C’est comme un devoir moral

Une exigence éthique

Aussi bien qu’un

Vouloir esthétique

Face à la laideur

Face aux insuffisances

De tous ordres

Face au désordre du monde

Nous pouvons oblitérer

Notre regard, poursuivre

Plus avant notre chemin

Sans nous soucier de rien

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

Fermer ses yeux

Å la disgrâce du monde

N’est nullement faillir

Å sa tâche d’homme

Passer simplement

Ne nullement se retourner

Dissoudre dans les plis

De sa mémoire tout souci

Qui en altèrerait

 Le sublime miroir

Car aux réminiscences

Il faut le champ

Libre de l’émotion

 De la rencontre belle

 Le sentiment plénier

De l’exister

 Hors ceci point de joie

Qui viendrait se poser

Sur notre exacte pensée

Un pollen poudroie

Dont notre coeur

Se réjouit, se nourrit

 

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

Matin calme vient à nous

Dans la pure discrétion

 De sa douce donation

Matin calme est cette

Eau de source claire

Cette frange d’écume

Venue du plus haut du ciel

Matin calme est à nous

Comme nous sommes à lui

Nulle dispersion de soi

Qui nous livrerait au bruit

Nulle angoisse qui nous

Jetterait dans la nasse du Rien

Nulle entaille qui ferait de

 Nos corps des fragments épars

 

Matin calme

Est joie arrivée

Dans la facilité

Dans la docilité

Nul effort à convoquer

Tout est corne d’abondance

Nos yeux pure émergence

Sont emplis de lumière

Nos mains en corolle

Reçoivent du ciel l’obole

Bras et jambes confiés

Au limon d’un marais

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

On est là, au creux

Le plus secret de Soi

On est là dans l’immédiate

Et donatrice Nature

Soi et Nature : le même

Nature et soi : le même

Ô qu’il est heureux

De sentir en Soi

Le doux et généreux

Éveil du Monde

Tout se déplie

Dans la lenteur

Tout s’irise en

Une pluie légère

Le Ciel est comblé

D’être le Ciel

D’être si haut

En sa jeune

Et éternelle essence

Il est semé de gris

Une infinie tendresse

Le touche, le caresse

Le ciel vient de loin

Va loin, il est l’Infini

Que nos destinées

D’hommes finis

Mesurent tels

Leurs abîmes

Parfois si béants

Ils pourraient frôler

Quelque Néant

 

Gris, le Ciel repose

Sur un lys diaphane

Est-il symbole

De quelque pureté

Calme est le matin

 Léger est le silence

Des collines se lèvent

Å l’horizon

Dans des voiles de coton

Un relief assagi dort encore

Peuplé de rêves d’aurore

La Terre cherche

Le lieu de ses assises

Les dormeurs cherchent

Un refuge à leurs rêves

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

Une ligne blanche

De pure beauté

Relie l’eau à la colline

Eau, Colline, Ciel

Trois mots pour dire

Une même réalité

Une même Unité

Tout est écho

Tout est reflets

Tout est au regard

Immédiatement donné

Tout est Beauté

 

 L’eau du Lac est un miroir

S’y illustre le nonchaloir

De plantes aquatiques

L’Espace est ici musique

Le Temps a déjà fui

Nos tempes ont blanchi

Et nous demeurons là

Pareils à des Veilleurs

De l’infini

Oui, de l’Infini

Cette si belle Poésie

 

Matin calme, si calme

Pour nous il déplie sa palme

Pour nous il est baume de l’âme

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher