Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 09:23

 

La terre est vivante.

 

creacosm 

La création du cosmos.

 Source : hypermedia.univ-paris8

 

 

 ... Or, Jules, tu voudras bien admettre avec moi que, sauf à l'offenser, la terre est vivante, parcourue du mouvement des micro-organismes, des révolutions atomiques contenues dans les minéraux, d'une activité biochimique et donc d'une "conscience"élémentaire, certes minérale, certes "pauvre en monde" - pour reprendre la célèbre formule heideggerienne -, dépourvue de langage, de connaissance mais cette infime "conscience", si elle a quelque élément de réalité, ne peut être connue que d'elle-même, de l'intérieur, "objectivement", pourrions-nous dire et le Sujet qui l'observe ne peut que l'observer, se la "re-présenter", incapable de l'intuitionner en lieu et place de la seule chose qui puisse s'intuitionner en tant que chose, à savoir la chose elle-même. Donc, si la chose s'intuitionne, ce dont je ferai ici l'hypothèse, rejoignant en cela les concepts vitalistes, elle se perçoit aussi bien entière que scindée en deux parties égales et elle peut, à partir de cette "perception", aussi primaire et élémentaire fût-elle, commencer à construire la notion d'identité et de différence, ses deux parties ne jouant pas seulement comme image spéculaire, réciproque, d'une partie par rapport à l'autre, mais comme entité entière, autonome, pourvue de frontières, de formes, de consistance. A partir de cette esquisse somme toute sommairement "existentielle", peut se dessiner et se mettre en forme la ligne de partage de l'autonome par rapport à l'hétéronome et donc se constituer le profil d'une "identité"propre, même si celle-ci, dans sa connexion étroite avec les processus naturels ne s'illustre que sous les auspices du tremblement géologique, du linéament sédimentaire, de l'assise matérielle.

 

 

La transposition matière\homme.

 

... Or, si nous considérons ce qu'il est convenu d'appeler le phénomène de la "transposition", le schéma élémentaire qui parcourt la matière vivante peut s'appliquer au processus biologique humain dont la nature propre consiste en une amplification, un déploiement, un exhaussement dudit phénomène via la transcendance propre à la conscience.

 

 La perception de l'altérité à travers le Soi.

 

... Ce que Robinson reproduit, par son retour à la "Terre-Mère", se confondant lui-même avec la boule d'argile n'est que son propre processus vital, sa propre mitose, sa division cellulaire, sa reproduction à l'identique, son dédoublement qui lui apportera sa première perception de l'altérité; ce qui revient à dire qu'à partir de son propre lui-même, il sera devenu différent, qu'à partir de son propre noyau identitaire, il aura créé le "tout autre", le complémentaire, le pôle auquel se référer comme à son semblable  et à celui qui, cependant, est radicalement "ailleurs", mais jouera, tout au long de sa vie, le rôle d'un miroir à double face. Et cette première perception de l'altérité se confondra avec celle de sa propre généalogie, reflétant d'un côté le Père, céleste, ouranien; de l'autre côté la Mère, terrestre, chtonienne. Il aura été lui, Robinson, le médiateur, le lieu de passage de cette hiérogamie et il en portera le sceau, à son insu ou le sachant, jusque dans la plus intime de ses particules élémentaires. Le passage réel dans la grotte est surtout prétexte à créer un lieu hautement symbolique par lequel s'opère le clivage, la scission qui apporte le Soi à la dimension de l'altérité, comme si un jumeau était venu au jour par la seule réverbération d'un miroir identitaire.

 

  Alors qu'Aristote avait déployé, en de larges arguments, ses conceptions de l'identité et de la différence, les Membres du Club s'étaient rapprochés dans la lumière maintenant oblique qui projetait l'ombre des bancs jumeaux sur les nervures jaunes de la boîte à lettres et, bientôt, ils firent cercle autour de notre singulier colloque. Les colombins avaient suivi le mouvement et constituaient un second cercle qui entourait le premier, si bien qu'Aristote et moi étions immergés dans uns double conque étonnamment silencieuse qui, replacée dans son contexte, ne faisait qu'évoquer et renforcer l'analogie évidente de notre situation avec celle de Robinson, circonscrit, en premier, par le périmètre de l'île, en second par les parois de la grotte.

  Et, de cette bizarre géométrie, nos consciences aiguisées et attentives, tiraient des conclusions, aussi hâtives que pertinentes, du moins le souhaitions-nous, persuadés de nous vivre nous-mêmes en tant que nous-mêmes et qu'autres à la fois, et nous finissions, dans cet état auquel incline toute fin de journée, par ne plus trop savoir où se situaient nos frontières réelles, lequel était Aristote, lequel était Jules, et cette situation débordait notre intimité et ricochait, si l'on peut dire, sur les parois existentielles du "Club des 7", lesquelles se répercutaient en écho sur les orbes que les colombins avaient éployées à notre périphérie, sans même que nous en fussions vraiment conscients. Pour bizarre qu'elle était, cette situation ne nous offusquait point et la disposition doublement circulaire de nos congénères ailés et bipèdes semblait même nous apporter une réassurance narcissique dont Aristote profita pour rebondir sur ses propos qui étaient à peine retombés sur les bancs peints en vert.

  Ce qui nous étonnait le plus, sans doute, dans cette sorte de métaphore de "l'œuf primordial" dans laquelle nous inscrivait la Place, les copains, les colombins, c'était moins l'insistance sémantique du double encerclement - sorte d'hermétisme dont nous aurions pu avoir à souffrir - que la densité du silence qui nous entourait de ses ailes cotonneuses, comme au cours de la plus mystérieuse des métamorphoses où la chrysalide concentre en son sein le recueillement qui, seul, convient à la promesse de son propre déploiement.

  En d'autres termes, Bellonte, Sarias, Garcin fermaient leurs grandes gueules - ça nous changeait pour une fois -, ce qu'imitait la pléthorique confrérie colombine dont les becs jointifs et scellés ne cherchaient même plus à picorer les miettes confites de piété que Calestrel leur avait apportées. La chute du jour était propice aux confidences métaphysiques. Nous n'allions pas bouder notre plaisir, Aristote et moi, tout pris qu'on était par le grand tournis philosophique qui semblait s'emparer des platanes eux-mêmes dont la chevelure était traversée de rayons de lumière semblables à un miel conceptuel. Oh, non, nous ne bouderions certainement pas notre plaisir, la nuit dût-elle nous accompagner dans la dérive songeuse que notre imaginaire brodait autour de nos têtes, comme si des gouttes de rosée y étaient suspendues, attendant l'humilité de l'ombre pour nous livrer le contenu de leurs pensées moléculaires.

  Nelly fermait ses rideaux couleur lilas; le Bijoutier tirait le sien de rideau, métallique et bruyant; le Comptoir rangeait ses caddies à roulettes; la Pharmacie éteignait son clignotement vert; la Maison de la presse rentrait ses présentoirs avec l'Huma dessus; le Crédit distribuait ses derniers billets; la Mairie repliait son drapeau tricolore; le Cimetière invitait ses morts à dormir.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher