Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 08:29

 


 

 rc

Source : Yale Center for British Art.    

 

Le Blanc.

 

 

  "l'obscurité était devenue blanche" : cette transitivité de l'obscur à la clarté ne fait qu'attribuer au "blanc" la notion de valeur limite et de "rite de passage" permettant d'opérer la mutation de l'initié d'un état de mort à celui d'une renaissance. Dans ce contexte, le "blanc" en tant que couleur résulte du basculement de la nuit vers le jour et s'offre à notre entendement et à la vision de notre esprit sous les traits d'une aube symbolique dont la répétition quotidienne donnera naissance à l'évènement qui tisse la vie de l'homme et qui a pour nom : "LE TEMPS". Bien sûr, au terme de cette allégorie du passage de l'homme d'une forme à une autre, ne s'illustre rien de moins que la mesure qui nous est ontologiquement affectée et s'articule en propre à la pensée existentialiste.

"de penser à sa maman" : je citerai simplement Vergelin :                                                  "Voyage au centre de la terre, voyage au centre de la Mère".

"se hissa par le goulot". Dans ce bref énoncé est évoqué le principe de l'homme ascensionnel, sorte d'envol qui le libère de la gangue terrestre pour le projeter dans l'immensité céleste à partir de laquelle s'instaure la vie et, d'une façon plus essentielle, l'essor vers une sacralité. Ici s'illustre la fonction transcendante de l'homme et sa dimension extatique (l'extase non entendue comme religieuse mais en tant que bond prodigieux de l'homme en dehors du Néant et de l'indifférencié), cette même transcendance qui lui assurera liberté et assise pour ses projets et son devenir-homme dans le cadre de sa quotidienneté.

Enfin, la "lumière" est la mise en scène phénoménale de la transcendance, laquelle nous est envoyée sous la figure du Père dont le rayonnement solaire nous submerge et alors, la vérité est si éblouissante qu'elle "frappe" en son milieu la cible éminemment anthropologique du visage dont l'épiphanie constitue notre ouverture au monde et notre place privilégiée au sein du cosmos.

 

  A peine Aristote avait-il terminé son exposé magistral qu'il s'ébroua au milieu de la poussière (sans doute avait-il des parasites ?), et je vis à ses yeux comme une inquiétude semblable à celle existant dans les états d'inanition. Les bruits de la Place s'étaient comme assoupis et je me rendis compte que les abords de la Fontaine avaient été désertés par l'assemblée des Robinsons, et à cette constatation je fus pris d'un genre de remords, avec la conscience soudaine du fait que je les avais délaissés un long moment, leur préférant les péroraisons savantes et un peu obséquieuses du savant Colombin.  "Les Copains d'abord", ce genre de formule quasi-magique, était, entre nous, une sorte de devise irréfragable et ma conscience, en accord avec elle-même, savait qu'elle n'avait point trahi. Nul, mieux que moi, ne pouvait savoir l'attachement qui m'unissait à "Jean, Pierre, Paul et compagnie" et, avant longtemps, je pouvais l'assurer, ce serait "l'amitié qui prendrait l'quart" et, de mieux comprendre nos relations intimes, les ressorts sous-jacents à nos comportements respectifs, nos propres fondements philosophiques, tout ceci ne pourrait que servir notre cause et affermir la qualité de nos liens.

  A la limite de la Rue Principale et de la Rue de la Gare, non loin de la Mairie, on apercevait les ombres courtes de Sarias, Bellonte et Garcin qui tressautaient sur les pavés, comme des merles pressés. Ils seraient bientôt dans leurs huttes et leurs Conjugales leur serviraient, sur des tables aux pieds massifs, de succulentes potées.

Aristote et moi, on a déserté le coin près de la cabine du téléphone et on s'est installés sur le banc. On a picoré quelques graines de millet et de sésame et je dois avouer que je trouvais ça plutôt bon et je comprenais, maintenant, pourquoi les colombins se pointaient sur nous dans un nuage de plumes quand ils nous apercevaient avec nos poches remplies de graines. Après les sujets graves et plein de componction qu'on avait abordés, avec autant de respect et de crainte que si nous avions porté les "Saintes Huiles", nous avions besoin de nous aérer l'esprit et on parlait avec économie et on becquetait nos nourritures terrestres avec une belle insolence, on se disait qu'on était pas plus malheureux, ici, sur notre banc de pique-nique, pas plus en tout cas que les "Sédentaires" engoncés entre la table, la cuisinière et la crédence Henri II, autour desquelles l'air pouvait même pas passer et sur la Place on avait pas l'odeur de friture, sauf parfois, avec le vent d'autan quelques filaments de fumée qui venaient de la Manu et qui sentaient étrangement le hareng, mais on était habitués, Aristote et moi, tellement habitués même que ça nous gênait un peu quand les cheminées de la fabrique étaient au repos.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher