Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 08:12

 

La Place du Marché (3).

 

 

  Alors, Jules il met sa casquette de l'Office de Tourisme et il vous fait visiter les "Lieux Saints". C'est un peu comme si on était à la Mecque ou à Jérusalem : il faut un peu de recueillement. D'abord, bien sûr, il y a le banc sur lequel on est présentement assis et l'autre banc en vis à vis. Puis il y a la cabine téléphonique, toute neuve, ronde, "en altuglass", il dit le Maire pour faire plus chic, même on voit bien les gens qui téléphonent et tous les gestes qu'ils font et leurs lèvres qui remuent et même parfois on s'amuse à deviner la conversation et, des fois, je suis sûr qu'on trouve parce que, avec les copains, on pense tous la même chose par rapport à la supposition de ce qui est dit par l'Anonyme. Puis la Boîte aux lettres, jaune, sur un socle de pierres, et dans la journée il y a beaucoup de gens qui viennent y mettre des lettres et, on a remarqué, c'est souvent les mêmes qui viennent, c'est les types qu'ont pas encore Internet, on en a déduit logiquement avec le "Club".

   Puis la petite Boutique peinte en bleu myosotis, avec sur le côté des cataractes de tissu de soie avec des gros nœuds rouges et, derrière la vitrine, plein de flacons de couleur qui doivent sentir bon, tellement ils sont beaux : c'est la Boutique à Nelly, l'esthéticienne, que Pittacci appelle souvent "l'Esthétichienne", à la façon des Auvergnats, parce qu'il dit que Nelly a eu, a et aura beaucoup d'amants et alors ça le fait rigoler, Pittacci, mais ça le fait rigoler jaune parce que la Nelly c'est un drôle de canon et qu'il peut toujours se l'arrondir pour l'approcher d'un peu plus près. La Boutique à Nelly c'est "La Niche de Vénus". Le côté "niche", c'est pour nos amis à quatre pattes, parce que Nelly elle fait aussi dans le toilettage pour chiens et chats, et le côté "Vénus", c'est pour les élégantes d'Ouche qui, de cette façon, peuvent faire d'une pierre, deux coups.

  A côté, il y a l'Echoppe du Bijoutier. Elle ressemble, du reste à un écrin à bijoux, avec, à la devanture, plein d'horloges modernes qui tictaquent  en imitant les anciennes avec leurs balanciers en laiton et des rangées de montres qui brillent au soleil comme de gros yeux qui lorgnent ce qui se passe sur le parking d'en face. Encore à côté, il y a le Comptoir d'Ouche, c'est là où les Ouchiennes vont remplir leurs caddies à roulettes, ça fait dans le genre Epicerie d'autrefois sauf que les rayonnages sont en métal et pas en bois vermoulu et que l'Epicier, qui s'appelle Montillon, à la place du crayon sur l'oreille et du tablier bleu, il est derrière sa calculette en euros, avec des jeans et un sweat Lacoste. Pour le reste c'est pareil, y a encore du "Y a bon Banania" avec le bon Nègre qui rigole sur la boîte, des pâtes "Lustucru" avec plein de bons œufs de la ferme; des rouleaux de réglisse avec une bille d'anis au milieu; des surprises en forme de cornet avec, dedans, des mirlitons, des confettis, des barres de nougat et des petites voitures qu'on monte soi-même, et y a juste les "Pamper's" en plus pour les Mamis et leurs petits enfants, même y paraît que c'est mieux que les langes d'autrefois qu'il fallait frotter au lavoir du coin. A part ça, c'est toujours une épicerie, sauf qu'aujourd'hui on dit "Supérette", y paraît que c'est mieux, mais moi je dis que c'est contradictoire comme appellation, parce que "super", ça fait dans le superlatif, le truc qui t'en donne plus que pour ton argent, alors que le "ette", ça fait dans le diminutif et ça te retire d'une main ce qu'on t'a donné de l'autre.

  Mais il paraît que le commerce c'est fait pour ça, alors nous, le "Club des 7", on perd pas notre temps à broder sur les appellations, ce qui nous intéresse c'est de voir sortir les clientes et on fait des paris sur ce qu'elles achètent, à la façon des bookmakers à Londres qui parient sur presque tout ce qui existe, aussi bien les courses de chevaux que la couleur de la prochaine capeline de la Reine ou le résultat des élections en Papouasie Nouvelle-Guinée. Puis, un peu plus haut, en remontant la rue, y a les clignotants en forme de croix verte qui clignotent juste au-dessus de la Pharmacie du Centre et, d'ailleurs, ça clignote tellement que même un aveugle il peut pas se tromper et les portes s'ouvrent automatiquement quand une mouche passe juste devant. Sarias dit : "C'est un piège à cons ces officines, ce qui les intéresse c'est juste ton pognon, et les types qui vendent les médicaments, c'est des épiciers, comme au Comptoir d'Ouche à côté, ils sont même plus capables de te faire une préparation comme autrefois, parce que, autrefois, les vrais préparateurs, ils pouvaient te fabriquer des suppositoires, des sirops pour la toux, des baumes, des lotions, des infusions, des décoctions et maintenant ils ont remplacé tout le bastringue par des génériques et chaque sourire qu'ils te font ça veut juste dire merci pour tes 150 euros, merci pour tous ces petits biftons qu'on a juste à traverser la rue pour les porter chez le Père Arcillac".

  Arcillac, c'est le patron du Crédit d'Ouche qu'a plein de Secondaires à la campagne et des 4/4 pour monter les chemins qui y conduisent et le Père Arcillac il est bien connu pour ses bonnes actions, ses "actions de grâce" comme dirait Calestrel, sauf que ses actions à lui, c'est celles du CAC 40, même c'est dur à gérer y paraît et puis ça rapporte pas autant qu'on le dit et c'est pour ça qu'Arcillac, en fin d'année, il te baisse toujours le montant de tes intérêts et y a des mauvaises langues qui disent que c'est dans le sien d'intérêt, enfin c'est pas facile de s'y retrouver dans toutes ces embrouilles, alors nous, les "Modestes", on préfère prendre les intérêts comme ils sont et pas discuter avec Arcillac, en plus on est pas trop du même bord, question politique et droits du peuple à disposer de lui-même.

  Ce qui nous intéresse, au Crédit d'Ouche, c'est surtout le Distributeur Automatique de Billets qu'est en vis à vis du parking et nous, on est juste au bout, et on peut voir les gens qui vont retirer leur magot. Alors on fait comme avec le Comptoir, on essaie de deviner ce qu'ils retirent comme argent les Ouchiens, comment ils le retirent, ce qu'ils en font de leurs petits billets verts, bleus et jaunes avec plein d'étoiles dessus et alors on s'amuse à plein de déductions, à savoir ce que ça veut dire du point de vue du comportement, et même plus, parfois, de la "conduite humaine", comme on dit chez les "Futés" et on a même mis au point une sorte d'échelle de valeurs et c'est Calestrel, évidemment, qu'a eu l'idée de celle des "Sept Péchés Capitaux" et faut dire que ça nous convient bien à nous autres les membres du "Club" et, avec un brin d'entraînement et quelques vérifications "a posteriori", on peut faire des recoupements, vérifier des hypothèses et faut dire qu'on a un peu le pif parce que c'est plutôt rare qu'on se trompe, mais il faut dire qu'on fait un vrai travail de synthèse sur chaque cas particulier et qu'on apporte toujours suffisamment de preuves pour pas tomber dans le parti pris et la subjectivité qui va avec. Pour le moment on a des conclusions provisoires et on va vous les communiquer en exclusivité sur un échantillon représentatif d'Ouchiens et d'Ouchiennes qui, à notre avis, constituent un genre de groupe de référence à valeur universelle, parce que ce qui se passe à Ouche, devant le Guichet à billets d'Arcillac, ça se passe aussi devant tous les guichets de France et de Navarre et comme un Ouchien vaut bien un autre Ouchien qui vaut bien un autre Navarrais qui vaut bien un autre Français, alors y a pas de raison...

  Mais venez donc vous blottir au milieu du cocon fraternel du "Club des 7", on vous fera de la place, juste celle qui convient à l'amitié, oui, on sait, elle est un peu invisible la place mais elle existe, c'est sûr, asseyez-vous comme nous sur le haut du siège, en appui sur vos fessiers, posez vos pieds bien à plat sur l'assise verte en métal laqué et, maintenant, traversez le parking de votre regard et laissez-le se poser sur la petite marquise peinte en vert - c'est pour les jours de pluie -, qui se déplie au-dessus du Distributeur à billets, ouvrez vos paupières juste ce qu'il faut, une légère fente comme font les crocodiles, et surveillez les Ouchiens et les Ouchiennes comme s'ils étaient vos proies favorites et ne perdez surtout pas une miette de leurs faits et gestes et si, au début, vous arrivez pas trop à les classer, les Ouchiens dans notre grille de lecture, on vous donnera un petit coup de main, on chuchotera à votre oreille pour vous mettre sur les rails et vous verrez comme on est dans une manière de vérité au "Club des 7" et ça vous paraîtra bien naturel que nos concitoyens on les mette dans la case "péchés", et on vous voit venir, vous allez dire : "Il faudrait une case supplémentaire, une case sans péché, une case vierge.", mais dites-nous, amenez-le donc l'oiseau rare qui a jamais péché, par action, omission et même, souvent, volontairement, et s'il existe cet "oiseau de Paradis", on lui en fabriquera une case immaculée, blanche, avec tout plein de volètements d'ailes angéliques, avec du duvet d'altérité, avec de l'écume de compassion, des frôlements de sympathie, des glacis de dévouement, des nuages de disponibilités, des fluides de désintéressement, des palmes de générosité, des rémiges de noblesse, des filets d'indulgence, des mailles de bonté, sûr, on vous la fera la cage supplémentaire toute remplie d'ouate et de bons sentiments et on mettra même au-dessus, en exergue, une petite étiquette avec, marqué en lettres bien visibles : "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" et même ça fera plaisir à Rousseau tout au travers des siècles..."

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher