Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 20:20

 

La RACINE en nous.
 

aaa

 

 Une NAUSEE  langagière.

(parce que le langage a quelque chose

à dire de la Nausée, de l'Absurde).

  

  [ LA RACINE EN NOUS. La Racine ayant réel statut ontologique puisque NOUS SOMMES LA RACINE, jusque et y compris dans la contingence qui nous fait être parmi le monde, projet-jeté, déréliction Majuscule, errance sans fin, liberté conditionnelle, absurde en puissance, Existants en acte. Pièce en trois actes avec lever de rideau, pièce, baisser de rideau. Trois petits tours et puis s'en va l'Existant avec sa liberté accrochée aux basques, avec ses décisions bonnes ou biaisées, sa mauvaise foi, sa lâcheté de Salaud, sa boîte à outils existentialiste et son "être-pour-soi", son "être-en-soi", son "être-pour-autrui", sa conscience, son regard juste ou bien myope et le parcours sinueux au milieu des bondes suceuses de toutes sortes et la vie, cette "passion inutile" qui godille comme elle peut au milieu des récifs. Alors, bien évidemment, la Vie on la prend comme un fastueux paquet cadeau avec des faveurs et des friselis de toutes sortes, et l'Existence on essaie de lui donner sens et projet et, au bout du compte…Alors on se rebelle, on se révolte et le langage se prend les pieds dans le tapis car, avec l'Absurde, pas de quartier : on se couche ou bien on le taille en pièces. C'est un peu de cette révolte dont est atteint ce texte qui dit dans l'aberration lexicale-sémantique ce que ne saurait faire une parole normale, à savoir damer le pion au Néant. Au moins provisoirement! ]

 

 

*************

 

  La RACINE en nous. Sans doute ne le savons-nous pas assez, mais depuis l'écriture de LA NAUSEE par Sartre, nous sommes racinaires, soumis au régime du tubercule, longs filets rhizomatiques faisant étranges circonvolutions dans terre compacte, dans étrangeté chtonnienne. Sommes perditions sylvestres, usures ligniformes, canopée ivre elle-même, ramures perdues dans éther. Sommes excroissances Néant et chute dans Rien.

  Si pouvaient, hommes se révolteraient, briseraient chaînes, manduqueraient toute matière, retour origine, dans conque primitive. Juste bulles, juste fontanelle mal équarrie. Entendrions bruits aqueux, verrions filaments aquatinte, vert-de-gris, pseudopodes, tentacules, lianes, poulpe, placenta, eau glauque devant yeux-globes vitreux. Pas bruit, pas parole, pas langage, équations vides du rien, hypoténuses Néant, quadrature pré-existentielle. Banc-racine, jardin public, Bouville et exister était rien cette pâte-choses comme glu s'étirant vers grille gazon pelouse. Diversité voyait juste rien, illusions, apparences. Appâts rances, disaient idiots contingents, pas arrivés maturité. De pensée, de philosophie, de question ontologique. Beaucoup savaient pas  exister voulait dire, juste boissons, café, commerce, digestion, métabolisme, amibes, masses molles, monstrueuses, pareil femmes grasses dans corsages étroits. Dans jardin villes, monde sommeillait dessous colonnes bleues, kiosque musique faisait petite ritournelle amour et fleurs racontaient partout bluettes et eau roses. Pourtant marronnier, les yeux poussés contre lui, d'écorce rugueuse et cuir bouilli.

  Ce marronnier qui me faisait face avec sa bonhommie, son tronc rassurant planté dans le sol de terre meuble, ses ramures généreuses, on aurait cru l'archétype du bonheur, le génie tutélaire sous lequel s'abriter, voilà qu'il me regardait d'un drôle d'air, avec des mines vert-de-grisées, pareil à une vieille pute se vautrant dans son lit d'incomplétude, et, tout cela, cette brutalité des choses, cette sourde survenance du réel  coulait le long de mon corps, entrait par les pores de ma peau, j'en frissonnais, commençant tout juste à me pénétrer de sa funeste intention, me triturer os, inciser ligaments, sucer moelle, enserrer sexe, extraire dernier jus, généalogie terminale, plus homme, plus existence moisie, boursouflée, gonflée jusque obscénité, plus rien, juste Néant, juste Être avant perdition, saut absurde, déréliction moi restant quelque chose trop, comme surplus existence, gale chêne, bubon, pustule bons crever, mais Mourir "eût été de trop", mes os purgés jusqu'à moelle, bourses vidées cervelle broyée, jus d'intellect, idées varlopées, sentiments peau chagrin, affections révulsées, et espèce anaconda grotesque, complication ophidienne faisait confluences juste devant pieds, sous marronnier, près banc où existais pas plus que feuille morte ou brindille bois et pourquoi Racine absurde ? et pourquoi moi absurde, et pourquoi Autres avec mains graveleuses, faces hilares, sourires guingois, marche comme crabes, Enfer, Enfer, Enfer, moi aliéné avec regard qui bouffait moelle jusqu'à Racine, entêtement expliquait rien, excès de moi, du monde, pourquoi Racine,  moi, Existant ?

  Rien existait vraiment et cet arbre, et ce kiosque et toute cette comédie bien huilée, et les Bourgeoises de Bouville, l'Autodidacte qui existait effigies papier, et fallacieux Marquis Rollebon, mais ça existait pas Histoire, juste histoires plurielles, minuscules, engluées dans boue réel dense, tout sécrétait existence, tout suintait jusqu'à écoeurement, jardin était étroitesse prise étau entre allées venues voitures, paroles laineuses, promesses, compromissions, et disais, là sur banc, contingence, la tenais dans creux mains, dans courbure pieds, dans étreinte pour saisir réel seulement, suintant toutes parts, comme dans sombres cryptes, eau lourde significations disait ceci, TOUT EST GRATUIT, arbre, racine, autres, bibliothèque et NAUSEE et exister veut dire : mettre pied devant autre, au hasard, rencontrer femme, serrer bras, faire amour, enfants, enfants, enfants, travail, maison, partout existence enserre, ligature, étrécit, partout éclosions, épanouissements, efflorescences, bourgeonnements, couples enlacés, baisers, promesses, serments présence majuscule, pas asile, pas repos, Existence, œuf plein, larves, occlusions, percussions, croisements, contrats, refuges, saleté Néant qui partout accrochait grilles, basques gens, soufflait air glacé dos Existants et liberté difficile que grimper Annapurna à reculons pieds entravés, avec nuit en travers gosier et homme, si liberté, était condamné à être, pas choix, sauf mourir pourtant milieu désespoir magnifique petite lueur espoir, sourire arbres, parce que arbres souriaient, massif laurier éclairait "voulait dire quelque chose" secret existence ? Ça voulait dire, ça voulait parler, ça voulait écrire et sens y avait partout, sur branches, dans racines, sur banc, dans corps, dans autres. Exister était comprendre et non autre chose. Pourquoi gens aimaient, prenaient métro, dansaient, jouaient cartes, allaient cinéma, amour, disputes, passions, promenades jardins, asseyaient banc sous marronnier Racine rampait sol et tout à coup on sait plus  racine, ça voulait dire et alors cherche…cherche…cherche…jusque fin temps. Jusque racine épuisée, morte, retour glaise, trace limon, perte eaux primitives, juste ruissellement, puis Néant !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher