Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:47

 

La polyphonie du monde.

 

VE2

                                                                  Sur une page Facebook de

Valérie Evrard.

 

Ce texte est dédié à Valérie Evrard.

 

  Puisse cette image sereine vous incliner au plus beau des rêves : écrire l'eau comme on regarde la pluie d'étoiles, dire le ciel et son souci pommelé, écouter la terre faire ses craquements, jouer avec la barque parmi le sérieux des joncs, tresser l'herbe des contours de l'ombre, et surtout, plier l'écume des choses à l'aune du secret. Il n'y a jamais de plus belle histoire que celle que l'on écrit au creux même des songes alors que partout l'encre nocturne fait ses battements.  Là est la grande dérive du monde qui nous laisse libre de nous ébattre à notre guise.  Là est la simple vérité qui surgit sans qu'on l'attende vraiment. La nuit est toujours promesse de don, ouverture à ce qui va advenir, qui, déjà, commence à faire son bruit de comète. Le silence se creuse, les murs s'écartent, le toit est une fenêtre par où voir l'immensité du cosmos au-dessus de nos bien fragiles fontanelles.

  Notre naissance est si proche, nous pourrions presque la toucher. Nous sommes  encore malléables, aquatiques, disposés à accueillir l'offrande que l'existence voudra bien révéler à nos yeux encore soudés, pleins de brume maternelle. Nous hésitons au seuil du monde. Nous nous essayons à marcher, de guingois, le museau humide, pareil à la Voie Lactée, nous sommes patauds, nous sommes en chemin mais nous ne le savons pas encore. Il est encore temps de renoncer, de demeurer dans la conque originelle, de remonter le temps vers la source, de n'être plus qu'une mince étincelle quelque part dans la nuit souveraine.

  Mais, déjà, il est trop tard. Sur notre truffe luisante, sur les coussinets de nos pattes, sur notre pelage de velours l'empreinte des choses s'est déposée. Cela fait des vibrations, des contorsions, des vagues de plis, des flux annelés. Nous sommes happés vers l'extérieur, là où joue la merveilleuse polyphonie du monde. Nous entendons mille bruits féconder la terre, nous voyons au travers de notre cristallin brumeux comme des météores traverser l'air, nous sentons des myriades de fragrances. Alors nous le savons, il est trop tard pour renoncer.   

  Quelque chose nous appelle qui tinte à l'intérieur de nos crânes mobiles, quelque chose nous intime l'ordre de commencer. Mais quoi ? Nous savons si peu depuis notre mince maturité. Et pourtant l'instinct nous guide, et pourtant notre flair nous alerte. Nous  commençons à pousser de légers glapissements, de minces cris qui forent les couches d'air. Partout cela craque, se distend, partout éclatent, en gerbes polychromes, les floraisons du langage. Partout. Cela résonne, cela nous anime de l'intérieur. Maintenant c'est une certitude, jamais nous ne pourrons rétrocéder en direction de la ténèbre, de l'inconnaissance, du non-savoir.

   De cela nous sommes sûrs, nous voulons faire claquer la bannière de la langue sur tous les continents, nous voulons lâcher les essaims vibrants des mots, projeter les mouches bleues des phrases partout où s'assemblent, en grappes, en meutes, la horde des Existants. C'est pour cela que nous sommes nés, que nous avons traversé la mer amniotique, que nous avons défroissé nos paupières, affûté nos griffes, pour proférer des sons, écrire sur la face du monde le long poème de la lumière, inciser l'écorce de la terre d'une infinité de graffiti, faire s'écouler par les lézardes du sol les racines urticantes de ce dont nous devons témoigner : parler longuement, écrire toujours, écouter, entendre et encore créer des poèmes, réciter des odes, faire que le carrousel des mots ne s'éteigne jamais. Notre finitude seulement, comme néant du langage. Rien d'autre ne saurait en altérer le cours, en dévier la trajectoire, dresser devant ses flots un quelconque barrage. Nous ne renoncerons pas !

 


                                                                                                       

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher