Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 09:36

 

L'extrême labeur du jour.

 

 

l-eldj.JPG 

 Méta-Image : Blanc-Seing.

 

 

  

    C'était cela qui était difficile, marcher au hasard des rues et ne pas écraser son ombre. Imaginez la guenille, ce fragment de bitume flasque comme votre propre Mort et vous à côté pleurant des larmes d'outre-temps. Ouvrez simplement la lame de votre conscience et déportez-vous donc de vos griseries habituelles. Juste un écart, un saut métaphysique et vous êtes  au plein du signifiant, dans la glu mondaine et vous vous débattez comme le moucheron dans le ventre de la fleur carnivore. Les dents en forme de crochets, vous les sentez s'invaginer au plein de votre être de carton, ça grince, le broiement des os, surtout les cervicales qui font leur bruit d'osselets et les filets de moelle qui dégoulinent sur le sol de cambouis.

  Et la peau, cette outre vide. Pourtant combien elle vous soutenait, combien elle portait la parution de votre effigie à la pure brillance du jour. Les Autresles Énigmatiques levés contre l'azur, les Déchirés-de-l'âme, ils l'aimaient tellement votre sublime altérité. D'ailleurs, quand vous pivotiez sur vos chaussures hermétiques, ils en profitaient pour en choper des lambeaux et dessinaient dessus les inconvenances d'exister : les maladies sournoises, les amitiés glaireuses, les amours délétères, les pattes velues de l'araignée noire. Ils gravaient au feu l'impertinence de vivre.

  Mais, comment osiez-vous dresser dans l'air de cristal cette prétention à aller par le monde avec de simples claquements de talons. Vous poinçonniez le sol de votre hargne native, vous incrustiez dans la glaise l'empreinte de vos manquements. C'est d'abord votre propre bienséance que vous manquiez, étant toujours dans l'approximation des choses, dans la vérité truquée, le mensonge qui faisait, de chaque côté de votre singulière épiphanie, ces fossettes ridicules dont vous pensiez qu'elles étaient seulement commises à séduire. Le cancrelat aussi se prend pour Dieu et il ne fait que végéter dans les mailles étroites de sa tunique épigastrique. Ô combien vous dériviez dans les caniveaux des villes avec la sombritude attachée aux impénitents et aux vérolés de l'esprit. Mais c'était pure perdition ! Le boulier du Destin vous avait cloué, pareil au puceron écartelé sur le liège de l'entomologiste. Et, pourtant, à regarder votre reflet dans les vitrines, on eût parié sur votre belle amplitude, sur votre générosité portée à l'extrême pieu de votre regard. Mais ce n'est que VOUS que vous regardiez. Autrement dit : RIEN. Car nous êtes tissés de Rien comme le nuage est habillé de pluie. Il pleut, cela fait des percussions dans la poussière et puis la scène est vide, les Acteurs sont partis avec les mots dans leurs poches et la peur arrimée au ventre.

  Alors, voyez-vous, à quoi donc vous a servi de déambuler parmi les cannelures des cités vides, épiant le moindre reflet qui vous aurait sauvé de vous-mêmes. Du moins le supputiez-vous. Mais c'était orgueil et inconscience et d'ailleurs c'est la même chose. Tout avait reflué depuis le ciel chargé d'insuffisance et la noire engeance avait partout déferlé. Cécité des meutes de vitrines dans lesquelles avait fondu votre inconséquente silhouette. Des Autres, ces Indispensables, il ne restait plus que ces flaques faisant partout leur qualification d'outre-tombe, leurs incisions de métaphores vides. Il n'y avait plus de "comme" possible. Pas plus de beau "comme" le jour; pas plus de lumineux "comme" l'astre. Il n'y avait plus de surgissement d'une quelconque analogie puisque tout avait été ramené à la dimension de la fente, de l'abîme, de la Bonde Terminale. Or, comment voulez-vous que ces étroits apophtegmes puissent réverbérer l'ombre d'une image, produire l'écart métaphorique. Pas même la place pour une métonymie qui eût pu dire le glissement du sens vers autre chose que soi. L'éclisse du jour était si étroite et il ne demeurait plus que VOUS arpentant le pavé de votre existence aléatoire et, tapi dans l'ombre, l'écho presque invisible de votre destinée, une ombre fuyant au-devant d'une échelle aux barreaux finis dont le symbole était par trop évident. Sur Terre, il ne restait plus que cette fuite de soi, cette illusoire réverbération. Tout était cloué dans la mesure radicale  de l'instant à soi alloué en dehors de toute autre forme de donation. Il y avait eu assez d'oblativité de par le monde mais vos mains de rapace n'avaient su se saisir que de l'inessentiel et les nervures seules, étiques, vous faisaient l'offrande d'une irrémissible vacuité.

  Vous étiez ôté de vous-même et ne le saviez pas. C'était cela la démesure d'être : marcher et ne pas savoir vers où. Vous erreriez indéfiniment, porté au bout de votre pure logique, identique aux yeux mobiles et fragmentés de la Mante cherchant sa prochaine victime. Vous étiez ce bel androgyne, cette singulière curiosité de l'exister. Vous étiez mâle & femelle à la fois, procédant à votre propre manducation. Déjà l'on apercevait votre tunique couleur de terre en voie d'extinction. Déjà vous n'étiez plus que fragments , pièces buccales, pattes en prie-Dieu, étrécissement ombilical, abdomen moissonné par votre naturelle furie. Déjà vous étiez en partance et vous faisiez du sur-place. Mais peut-être vivre n'est-ce que cela ? Cette marche de Mime, le sol défilant sous vos pieds, alors que vous n'avancez pas !  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher