Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:23

 

  Sauf qu'ici, sur cette terre ingrate qui condamnait tout ce qui passait à sa portée, le romantisme se réduisait à respirer, le lyrisme à avaler le peu de salive glacée qui habitait encore l'antre du pharynx.

On était dans le couloir des rues et on frayait son chemin vers un hypothétique avenir. Le long des caniveaux, des langues de glace faisaient leur bruit de râpe. Les plaques d'égouts se soulevaient comme portées au ciel par un geyser solide, une manière de stalactite blanche. Les pavés qui jonchaient le sol imprimaient leurs quadrillages de givre, certains commençaient à se desceller, à se soulever comme pour une dernière prière. Les cabines téléphoniques étaient de massifs pains de glace, comme ceux que des porteurs ramènent des pentes de l'Himalaya. Aux terrasses des cafés, certains, pris de vitesse par l'irruption soudaine du blizzard étaient restés soudés à leur sièges de métal, tenant encore la petite cuillère qui était censée faire refroidir, en de savants tourbillons, la mare de liquide chaud et réconfortant.

   Des Passants étaient aussi happés en plein vol, pareils à des flamants roses, perchés sur un seul pied, alors que leurs bras pathétiques, comme tenus par les fils d'un invisible marionnettiste, restaient en éternelle sustentation dans un ciel vide. Des bandes de cormorans, suite de >>>>>>> englués dans les mares étroites et marécageuses d'un espace vide paraissaient cloués aux nuages pour une éternité. Cela faisait froid dans le dos et la toile de Vincent, "Champs de blé aux corbeaux", à côté de ce qui se donnait à voir dans des gammes d'un violet sinistre, quasiment épiscopal, eh bien la toile de Van Gogh serait apparue à la manière d'un joyeux divertissement ou bien comme la mise en acte d'un épicurisme sans faille. Pourtant on essayait de donner le moins de prise aux éléments, à l'eau, au feu, à la terre, à l'air, pourtant on avançait en courbant l'échine, mais rien n'y faisait et c'étaient les structures intimes de l'humain qui commençaient à être attaquées.

  Des giclées de tibias, des osselets tarsiques et métatarsiques, des occiputs, des fontanelles dévissées, des coudes décharnés, des clavicules branlantes, tout ceci faisait un bruit sombrement ossuaire, tout ceci avait un air de catacombes avec une lumière phosphoreuse qui rôdait dans les avenues d'une antique métaphysique à l'odeur de soufre. On se déhanchait comme à Rio, au Carnaval, avec les grincements en plus, les déguisements en moins; on essayait de paraître ce que l'on n'était plus, par exemple un gros Type avec une limousine noire devant un Casino ou bien un Banquier avec ses stock-options devant la Bourse, mais tout ceci était vain, tout ceci était hautement risible. On avait joué à la roulette, on avait parié sur les actions, on avait thésaurisé tout ce qu'on avait pu pour se sortir d'affaire avec le magot, on avait tiré sur la bride de la Nature jusqu'à l'épuiser, lui faire rendre l'âme.

  Certes, elle l'avait rendue l'âme, mais voilà qu'elle réclamait son dû, maintenant,  avec intérêts à la clé. Alors, sur sa carcasse dégingandée d'humain, on essayait d'amasser ce qui restait de chair pour livrer un dernier combat. Pour la gloire. Comme un Sumo avec son code d'honneur. Comme un Samouraï intègre. Dans la boîte étroite de son cortex on rameutait tout ce que l'on pouvait, on allumait les derniers feux de la volonté, l'ultime énergie du mental, les ressources de la psyché. Seulement la Nature n'avait pas dit son dernier mot. Certes elle était blessée, certes elle était souffrante, épuisée, mais elle était la Nature. Les éléments rassemblés autour d'elle avaient affûté ce qu'il fallait de yatagans pour en finir avec l'engeance humaine, cette armée de nabots qui n'avait fait que traîner son insuffisance native sur tous les chemins du monde. Face à face, maintenant. L'on verrait bien ce qu'il adviendrait ! Les Hommes, les Femmes, du moins ce qu'il en restait, ces lambeaux pathétiques, s'étaient rassemblés sur un seul rang, s'essayant sans doute à ressembler aux légions romaines. En vis-à-vis, la Nature avait fourbi ses armes et attendait que justice soit faite. Tout simplement. Tout naturellement.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher