Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 10:09

 

Toi que je ne connais pas

Visage de brume

 Et d’impalpables secrets

Tu viens à moi

Sur des risées de vent

L’air façonne ton corps

D’étrange manière

Il ne sait plus le lieu

De sa venue

 

Que sont les ans

Qui suivent les ans

Que sont les jours

Que perdent les jours

Un passé s’écroule

Qu’immole un présent

Un futur arrive

 Que fuit un présent

Immatérielle joie

De l’heure qui vibre

Elle fait en toi

Ce délicieux abîme

Qui t’attire et t’effraie

Tout à la fois

 

Est-il donc si difficile

De vieillir

De confier sa main

Au prochain tremblement

De circonscrire

Le cercle de sa vue

De courber l’échine

Sous la meute des jours

 

Vois-tu toi Marcheur

De l’Invisible

Nous sommes pétris

De la même pâte

Nous la souhaiterions éternelle

Mais voici que tout brasille au loin

Dans un étrange marigot

Semé de vénéneuses fleurs

Oui je sais c’est tristesse

Que d’évoquer le Rien

De demander au Néant

 De nous servir de fondement

Et pourtant

Toi le Lointain

As-tu une fois dans ta vie

Retenu autre chose

Que la feuille d’air

Que le sanglot d’une pluie

Que la perte d’un amour

Que la chute de la seconde

 

Nous sommes des êtres

D’inconséquentes figures

Nous sommes

Des visages émaciés

Qu’efface l’encre sympathique

Du Temps

Bien des Philosophes

Nous en ont tracé

L’esquisse fuyante

Héraclite l’Obscur disait

Que rien ne demeure

Que tout passe

A la manière du fleuve

Qui s’enfuit vers l’aval

Où l’estuaire l’attend

Puis l’Océan

Aux multiples faveurs

Cerné de léthifères abysses

 

Faudrait-il rester sur la rive

Regarder ses flots d’écume

Faire halte et les minutes

S’écouleraient hors de nous

Et nous connaîtrions l’Éternité

Et la félicité serait notre foyer

Nos yeux seraient de diamant

Notre esprit de cristal

Notre amour une onde pure

Que nulle rumeur

Ne pourrait altérer

 

Toi, l’Au-delà de mes yeux

Je ne peux savoir

Le contenu de ta pensée

La mesure exacte

De tes affinités

Le pli selon lequel

Tu orientes ta vie

Cependant ce que je sais

Ta silhouette aux mains vides

Lorsque le jour décroît

Lorsque l’amour s’enfuit

Lorsque la nuit d’ébène

Fait son lac sombre

Autour de toi

 

Quelques uns

De nos contemporains

 De hautes destinées

A l’abri dans leurs palais

Aux hautes croisées

Tout comme toi

Tout comme moi

Ils redoutent qu’un jour

Ne tarisse l’onde

Que leurs yeux

Ne s’ouvrent plus

Que sur un paysage aveugle

 

Toi qui vis parmi

Les tourments du monde

En cet an neuf

Qui trace ton futur

Pratique chaque jour

Qui passe

Le très fameux

carpe diem

du poète Horace

‘Cueille le jour,

Et ne crois pas

Au lendemain’

Sache seulement

Que le présent

N’est nullement

 Un don du ciel

Qu’il t’appartient en propre

Et ne sera jamais

Que ce que tu en auras fait

Chaque heure se gagne

Dans la pleine conscience de soi

Chaque heure se mérite

Ainsi le temps gagnera-t-il sa Vérité

Qui est d’être l’événement armorié

Le plus décisif

De nos existences

 

Les Flots intimes du Temps

Sont toujours les nôtres

Un fruit à cueillir

Dans des mains

Qui savent et remercient

Le Temps est l’Être

Le plus mystérieux qui soit

L’Être est du Temps

Le plus fascinant qui soit

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blanc-seing.
  • : Littérature et autres variations autour de ce thème. Dessins et photographies.
  • Contact

Rechercher